36

\

Chapman Les Québecquoises, page 64. 1876: Je foulais sous mes pieds bien des roses fanées...

Citons ici toute 1a strophe de Fréchette. Cette strophe, je l’ai dit, date de 1862, c’est-a-dire de trente-deux ans :

Le bal était fini, les danses termine’es ; L’orchestre avait cesse’ son déliraut accord ; Mon pied distrait foulait bien des roses fauées ; Le bal était fini... moi, je révais encor.

Eh bien, maintenant, suivons Chapman 5. la piste; cela nous permettra d’étudier de pres 1e procédé de notre coucou :

Les Québecquoises, page 72, 1872 :

L’orchestre s’était tu, 1e bal allait finir...

Méme piece, page 74:

Et l’instrumeut divin suspendit son accord...

Page 64, déja citée :

Je foulais sous mes pieds bien des roses fanées...

Page 74, méme stophe que l’avant-dernier Vcrs :

Elle ne chantait plus, moi j’écoutais encor...

C’est de la mosaique ni plus ni moins. \ eut-on d’autres strophes fabrlquées de la meme faqon ? En voici :

Fréchotte Le Printemps, 1868 : Les ruisseaux transparents et frais Méleront au chant des foréts

Leur voix si douce ; Et sous les branches qui plieront Des bruits joyeux s’envoleront Des nids de mousse.

Chapman—Les Québecquoises, page 4, 1871: