4,, r v

,VJA

sa‘ aye-mix )G‘x‘

/ -, rzxmm 1.,»1.‘

he»):

. ”a. ‘11-«Wg.. aw,“ ,

fit “4— AA \4

~‘ . rdmsA-ximt >‘L‘;xh~‘i- "

- , . 9.3.. ho/ we, .. .,-. AA «Mew. A,A-\A,.. MM/N .aAA»-~\/HA.A ,\ A

,_;,_

,pW, :471‘UAW—vi .1 an...“ .\,,\,M" «M _ Ag... 1 NQQMA. \ WAN, /

O lettres *

Jacques Ferron,

médecin,

écrivain

ct . . . canonm'er!

par Yves Taschereau

H y a toujours des gens qui ne pourront jamais iaire quoique ce soit comme tout le monde. Sans Ie faire ex- pres, parce qu’ils sont diffe- rents. Comme le docteurJac- ques Ferron, dont les car— rieres de medecin, d‘homme politique et d'ecrivain se sont toujours deroulees loin des sentiers battus, en marge et en avance sur les autres.

AussitOt recu médecin, il a tourne le dos a la carriere de ramasse-piastres pour aller pratiquer en Gaspesie, a une epoque of; a peu pres personne ne pouvait payer ses services. Quand une pension gouvernemen— tale iui fut retiree. le docteur Ferron aboutit a Ville Jacques—Cartier Ou une population venue d'un peu parlout dans la province s'e- tablissait tant bien que mal. Medecin quioubliaitsouvent de se iaire payer, il s‘est pendant des années dévoue pour ses patients qui ont appris a la respecter et a l‘apprecier. Puis, a force de pratiquer son metier, en s'intéressant aussi beau- coup aux alienes (ii a tra— vaillé au Mont Providence et a Saint—Jean-de—Dieu), il en est venu a ne plus croire tellement a la me’decine et 3,. ceux qui la pratiquent,

En politique, on retrouve

un peu la méme chosei Com- muniste, puis socialiste. puis rien du tout; il en est venu a fonder, par decouragement et par derision, le parti rhinoceros qui prOnait Ie pire statu quo pour faire ressortir le ridicule des politicaiileurs en placer Nationaliste lucide. il a toujours su garder Ia tete froide face au Quebec et ses idées souvent etonnantes qui l‘ont fait traiter de lou a plusieurs reprises, comme apres les evenements d‘oc- tobre 70 finissent toujours par influencer ceux qui les ont d'abord rejetees.

Et par dessus tout ca. Ie drOIe de docteur Ferron est ecrivain. Plusieurs de ses romans comme Cotnoir, La Nuit, I'Amélanchier at Le Ciel de Québec comptent parmi les meilleurs romans québécois‘ II a fait du thea- tre. écrit des Contes mer- veiileux et des monceaux d‘articles et de lettres ou— vertes dans un grand nombre de publications d'ici. Ces articles et ces lettres tou- chent a tout selon l‘actualité du moment, mais Ferron est e'crivain et sa facon de de- crire et de comprendre i'ac- tualité depasse Ie moment present. Un article écrit en 1960 sur Ie probleme de la langue vaut encore en 1975 Certainsarticlesdontonapu oublier ie sujet se lisent encore avec beaucoup d‘inté- rét tant ils sont bien écrits. dréies et percutants.

C'est ce qu‘on constate en lisant les deux volumes in— titulés Escarmouches pu— bliés tout recemment chez Lemeac. On y trouve 179 articles publiés entre 1948

et 1974 et regroupés sous les trois rubriques qui ont tait sa vie: politique, médicale et iittéraire. Tout n‘y est pas égal, mais rien n‘y est en— nuyant. La rubrique politi— que nous parle des proble-

...~-

mes delalangue,del’inquie— tude de la minorite domi— nante anglaise, de Pierre Elliot-Trudeau et d‘une bro— chette d‘hommes politiques en place avec une lucidité et un humour souvent grin- cant. On y trouve aussi son récit de la fin des éve’ne- merits d’octobre quand iI s‘est rendu dans Ie sous-sol de Saint-Luc Ou se cachaient les freres Rose. La rubrique médicale reunit des souve- nirs de sa pratique qui peu a peu se translorment en proces de la médecine et surtout de la psychanalyse contre laquelle il est d'un mordant extraordinaire Tan- dis que la rubrique Iittéraire nous fait parcourir plusieurs annees de vie artistique a travers critiques, souvenirs et reflexionst

Si bien qu‘a travers les deux tomes de ses Escar- mouches, Jacques Ferron nous fait reparcourir, sous son oeil moqueur, fantaisiste et quand meme juste, un grand bout de chemin de notre societe,

Vous pouvez vous procu- rer les livres mention- nés dans “Lettres” chez les libraires “Cham:

plain" et “Garneau”.

NOS pe- griots

Vous allez chez Ie libraire cette semainel N'oubliez surtout pas La fili‘ere cana- dienne du journaliste ‘Jean- Pierre Charbonneau (edi— tions de l'Homme), un ex— pose révélateur sur la mafia de chez nous et ses ramifi— cations internationales. Un gros bouquin de pres de 600 pages illustre de 250 photos qu'il taut lire a tout prix. De Lucien Rivard aux freres Cotronii Allez—y voir ...<;a crache le teu et bien des choses encore.

MERCREDI LE 24 MARS 1976

1876

1976

JKRAJMUUSI

Le sculpteur francophone d’origine Valache. a réalisé l’art le plus noble, accesi- ble et divers en ses signi= fications, en transformant

avec une rare mafirise l’es- prit traditionnel de la sculp: ture en un esprit moderne. Ainsi que le disait son ami Th. Rousseau Le Douanier,

OISEAU

L'ATELIER DE L'ARTISTE A PARIS

“il a change l’antique en moderne”, étant considéré comme 1e classique de la sculpture moderne. Nous lui consacrons un rapporta- ge a l’occasion du centenai: re de sa naissance.

,Son oeuvre est devenu un exemple universe] et un symbole de la simplicité, qui, aboutit a la grandeur, équivalant de la poésie et de l’harmonieuse synthése, le sens de l’amour del’hom- me et de la nature, 1a si- gnification du lien profond, inspirateur et créateur, avec l’art et le folklore du peu: ple de la province de Va- lachie. Dans .l’oeuvre de Brancusi se réunissent d’une maniere insolite la prospec: tion de la perception, la sin: cerité, la pureté spirituelle intérieure, l’amour du mé- tier avec une profonde sages: se et avec le don artistique. Son oeuvre a pénétré defi- nitivement dans les espaces profonds de la vie spiritual- le contemporaine.

En réalisant la forme spi- rituelle resultée de l’appro= fondissement de la nature. Brancusi fut le premier a élaborer les principes mo- dernes de la sculpture cons temporaine, innovant et mo: difiant structurellementl’art traditionnel. Nombreux sont les artistes qui, reconnais. sant dans la creation de Brancusi la source de leurs propres voies, ont, stimulés par l’audace de ses oeuvres, menés plus loin l’innovation au sein des divers courants: cubisme, constructivisme, surréalisme, abstraction= nisme et meme l’art ciné- tique. Ne sont pas du tout dénués de sens les mots qu’ éc riva it, proph etique-

(Suite en page 7)

a“,

C’est touiours 1a tombée de la nuit au

CAFE RITZ

7CHARLESST.W 924—6954

LE TORONTO EXPRES:

creation

DIALOGUES/ ,. .

SIGNIFICATION DE MOBY DICK’, LE CHEF-D’OEUVRE DE MELVILLE

- Pourquoi Melville a-tail fait de Moby Dick Une bale. verie?

- C’est incontestablement un symbole.

. Le vert est le symbole de l’espérance; et la confianc ' qui habite les marins quelles que soient les circonstan ces peut s’apparenter a l’espérance. Personne n’igno l'anecdote... - . Alors Moby Dick serait le symbole de 13 marine , Non, les choses ne sont pas aussi simples. Si Mel f: n’a pas fait de Moby Dick une baleine noire, alors le noir représente le malheur, c’est, je te l’accord-s’ qu’il ne voulait'pas qu’on interpréte son oeuvre d’ 1.,1 maniére pessimiste...

Poul-rant, dans les premieres‘versions du livre, 1171.." Dick est noire? , . Mais, précisément, Melville s’est rendu Compte , son erreur, et il l’a corrigée. Une analyse rigoure ne doit s’intéresser qu’a la version definitive d’une oeuvli. publiée avec l’assentiment de l’auteur. "‘ . Bien sfir. Et quel est le rfile du capitaine cul-de-jamje1 , Achab, et la signification de la fin du roman?

- Achab est un homme. A ce titre, il symbolise les hom- mes. Son but est de détruire Moby Dick, et i1 .Yparvie a force de courage. C’est donc que le destin des hommes, et particulierement des culs-de-jatte, est de par-Venn. leurs fins 5 force de bravoure et de ténacité.

= Quelle legon...

ECLECTISME

. ll est bizarre de constater que, fréquemment, IeSp sonnes voulant s’opposer au chauvinisme ou aux déi militaires font appel a l’opinion d’Einstein.

- C’etait un grand scientifique.

- Oui, c’est aussi mon avis. Mais, précisément, problemes ne le concernaient peut-étre pas. Jean-01a ' Killy n’a jamais contesté la théorie de la relativité. quand bien méme il aurait fait, on n’y aurait sans do pas prété grande attention.

- Mais Einstein était concerné par le chauvinisme. ' pelle=toi l’Allemagne en 1936, les Jeux Olympiques Berlin, 1e racisme et l’antisémitisme. - - Et mppe11e=toi 1945,Hiroshimaet Nagasaki. - Enfin, tu sais bien qu’Einstein était fermement op 51 l’utilisation de la bombe atomique - du moins A} fins militaires. 11 a, d’ailleurs, été tres ébranlé par explosions que tu évoques. - - Ah? Al‘ors, trés bien.

/ . . Nos ecrwams...

En un mot!

par Marcel Godin

Un mot d‘ordre et me voici a écrire un mot pour parler du mot sans savoir si le mot vous intéresse ou s’il n'est tout simplement pas le dernier de v maux. , 6“

Je ne debute pas ainsi parce que je cherche mes mots, ou pour faire un bon mot, bien au contraire. j’ai plusd’un mot sur Ie bout de la langue. non pas que ie mange des mots par crainte 'de dire un ("0‘ a double sens, encore moins pourfaire un jeu de mots! . mais parce que je ne voulais pas dire un mot detrol) ou des mots vides de sens. .

Je ne me payerai pas de mots. Jen'emploierfl. pas de gros mots ou de'grands mot’st Que non} Je vais vous avouer que mon propos ne vise qu‘a placer mon mot pour avoir ile dernier. mot el vous . confesser que je ne trouve rien de mieux que I? "‘0' juste. "

Coquins lecteurs! Va! Je vous entends penserque je viens de commettre un mot d’esprit! ll n'en esl rien. C’était un mot de passe destiné a ceux qll aiment assez les mots pour s’adonner a des ”1015i crorsésm

Je ne compte pas mes mots, mais je me rendS compte de tout ce qu‘on peut dire avec un mQW‘ parlant d’un simple mot! Bien sur, des pretentieulw des jaloux, des envieux soutiendrons que ce 0‘“: ie fais est aussi facile ou aussi simple qU'U" mo} d‘enfant. Je leur répondrai, ne serait—ceque pouravolf‘ Ie dernier mot et pour employer un mot couranlqu-e. tous ces propos sur le mot n'étaient en somme qu “n f mot d’auteur.

PS: Mje ne suis pas a bout de mots.