m

HEBDOMADAIRE D’ACTUALITE l

«Faire naitre l’imagination a partir de la poésie du réel»

LES LIVRES DU PERE CASTOR A TORONTO

Francois Faucher

Francois Faucher, responsable des célebres collections des «Albums du Pere Castor», édités par Flamarion, visitait Toronto la semaine derniere. 11 a pris Contact avec le milieu des éducateurs et des bibliothécaires des écoles mater— nelles et primaires, ainsi que des créateurs de livres d’enfants dans le but de travailler a l’adaptation de certains de ses ouvrages pour le Canada Francais et de mieux faire connaitre son oeuvre dans le domaine des livres et des Jeux pour la jeunesse. . .

Dynamiser le livre, 1e désacraliser, en présentant des ouyrages de prrx modi- que, dont la qualité graphique et textuelle continue a faire_lunan1m1té, non seulement de la critique, des parents et des enseignants, mars surtout fies en- fants; c’était 1e pari de l’équipe du Pere Castor. Ce pari semble aujourd hui ga-

gné.

PAGE 8

TORONTO, VOL.4 No.17 Semaine du 18 au 24 mai 1979

1 25¢

ON S’GAROCHE A BATOCHE

L’Association Jeunesse Fransaskoise, le Conseil Jeunesse Provincial du Manitoba, la Francophonie-Jeunesse de l’Alberta et la Fé- dération Jeunesse Colombienne sont les qua- tre groupes responsables du festival histori- que «on s’garoche a Batoche».

En autorisant leur personnel a investir temps et ressources dans ce projet, les asso— ciations provinciales de jeunes ont voulu clairement demontrer par ce geste l’impor— tance qu’elles acordent a la connaissance de l’histoire des francophones de l’Ouest et sur— tout des applications concretes que cette con- naissance revét pour l’avenir des jeunes fran- cophones d’aujourd’hui.

PAGE 9

LE DIALOGUE FRANCO-ONTARIEN 79

Les jeunes franco-ontariens devront se tail— ler leur place au soleil mais, si l’on en juge par le succes du Dialogue 79, tenu cette se— maine au College Glendon, ils seront épau- lés.

La rencontre d’orienteurs, d’enseignants, d’étudiants, organisée par le Conseil des Af- faires franco-ontariennes, a permis de faire le point et d’esquisser une stratégie pour assurer ,l’avenir du diplomé de notre commaunauté.

Les participants ont été invité a méditer la definition suivante, tirée du dictionnaire Ro- bert: «Un tuteur est une tige, une armature fixé dans le sol pour soutenir ou redresser les plantes»...

PAGE 6

DIRECTION -JEUNESSE:

LE COMPLEXE DES DIFFERENTS

Les étudiants francophones des colleges et des universités de l’Ontario sont disperses et isolés, sur leur campus comme dans la ro- vince. Un peuple tétu comme 1e notre oit, tout en étant réaliste, oser réver et avoir es- poir. Mais il nous faut apprendre a travailler ensemble, 5 bacher ensemble. Il faut aussi é- tablir les priorités, se concerter et foncer dans le tas!

Voila ce que l’on ut lire dans le dossier «Le complexe des differents», publié récem- ment par Direction—Jennesse, qui se fixe com~ me objectif rien de moins que de transformer la communauté francophone en société dyna» mique ct fiere.

PAGE ’3'