8 o L'EXPRESS Semaine du 6 an 12 juillet 199,3”! ,. ,.

BENOIT LEGAULT pour L'Elpnaa

D’emblée je dois m’en confesser, Londres est ma grande ville pré- férée. Ville aux attraits et aux cu- riosités illimitées, Londres est la seule mégalopole em reinte de ci- vilité. «To be tired of ondon is to be tired of life», cette phrase vieille de deux siecles est toujours aussi a ropriée.

ar ot‘i commencer? Ie suis ar- rivé un dimanche matin et ’e me suis préairpité at Westminster bbey (metro estminster), 1a of) tous les souverains d’An leterre sont cou- ronnés depuis 1 .

Assister a la messe dans cet en- droit grandiose était proprement hallucmant. C'est ici que sont enter- rés les plus rands tels ue Isaac Newton et le c de Wellington, le tombeur de Napoleon 3 Waterloo.

Inspire par le Duc, ie suis ensuite allé au Musée national de l’armée (métro Sloane Square) ou une sec- tion complete est réservée a la bataille de Waterloo. On y apercoit avec stu ur le elette fiérement brandi u cheval de Napoleon. Et on étudie avec fascination le champs de bataille reconstitué.

Mon enthousiasme ayant raison de ma fatigue, je me suis ensuite précipité au Victoria 8: Albert Mu- seum (métro South Kensington), le plus grand musée de design et d’arts ap liqués au monde. Mes yeux se r gfalaient autant que mes )ambes s’a aiblissaient. )e me suis finalement avoué vaincu par l'ou- tra e du décalage horaire.

oila une joumée typique a Lon- dres On se fait un programme deli- cieux de chefs-d’oeuvres et on ne peut iamais tout voir.

Quand on est fatigue des mu- sées, 11 y a de celebres Jardins, parcs et cimetieres.

Quand on est fatigué de la ville, il y a les ”villages" de Londres a éueltgies stations de métro de la

ity. ar exemple, on traverse des uartiers tranquilles et pleins de ca-

?fé—be tiredof Londonis to betired of life»

Londres peut étre impito able pour

L'EXPRESS

VENTURES

948-5929

oloun au-dou

° COUH‘O'

pas s’en tirer a moins de 92 3 par nuit pour une chambre double.

Si vous étes ieune, ou que vous avez l’ame 'eune, les auber es de jeunesse de ondres cofltent e 30 5 a 36 $ par nuit, ce ui demeure tres cher pour oe Ripe d ébergement.

Au plan es sous, Londres est un peu dure pour la poche. Les restaurants cofitent en moyenne 50% plus cher qu’ici.

Pour épargner, mangez dans les pubs et les restaurants ethniques.

la bourse, mais i1 y a es trues

7L0 marché sur les quais do Londres at la rolovo do la gardo au palais do Buckingham.

Pour "tripper” sans vous faire égorger pécunierement, mangez dans l’immensément beau restau- rant "The Criterion” sur Piccadilly Circus. Les entrées et les desserts y sont divins

Les nombreuses boites de nuits de Leicester S uare et Piccadilly Circus cofitent eux fois moins cher la semaine que la fin de semaine. Les theatres et les music-halls vendent des billets du jour a moitié pzix jusqu’en fin d’aprés—midi sur

icester Square. On peut donc se divertir sans 5e ruiner.

Par contre, le shopping a Lon- dres est impitoyable pour la bourse. Meme si la livre sterling a perdu beaucoup de sa valeur, les prix lon- doniens sont assommants

Faire du leche-vitrine a Londres demeure tres excitant car tout y est et encore plus. King’s Road (métro Sloane Square) a perdu beaucoup de son charme ces dernieres années mais Carnaby Street et Oxford Street (toutes deux au métro Oxford Circus), de méme que Covent Car- den (métro Covent Garden) sont égales a leur grande utation.

{:Rpréfére toutefois es nombreux ma és publics de Londres, dont le

lus célebre est celui de Camden ock (métros Camden Town et Chalk Farm). Ces marches reflétent

fields) ou aux Royal Botanical Gar- dens (metro Kew Gardens).

Et le soir on a qu’a se promener dans le secteur du Leicester Sfiuare pour voir des ”musicals” fabu eux, s’imbiber de pubs ennivrants et se

' —- parfaitement l’esprit londonien:

dres, ca oui! Quand vient le temps de faire un beau dodo, on est en- vahi par les dures réalités du cofit de la vie londonien.

Le prix de l’hébergement est ahurissant. J’ai séjourné a l’hotel

fort joli et bien situé. Ma chambre simple, coquettement britannique mais toute petite, cofite normale- ment 192 $. Parce que j’avais ré- servé avec British Airways avant de partir, la dite chambre m’a coutée

de chambres, de toutes les caté- gories, a prix réduits et les vend a ses passagers qui doivent les payer avant de partir. Evidemment, il y a des hotels beaucoup plus chers que le Vanderbilt mais il y en a aussi de

cosmopolite, ennivrant, un peu fou, mais toujours civilisé.

Rensei nements: British Airways, tél. 25 -0880 cu n‘importe quel agent de v0 a es; British Tourist

c et pour se rendre au Musée du tennis de Wimbledon (metro South-

Le navigateur pre- voyant sait qu'un baleau requiert plus qu'une simple cou- che de (‘ire avant d'étre mis a l‘eau. Avant d'appareiller,

I*I Garde where canadnenne

nourrir de restos tres jo-jos. Fatigue de Londres, non! Fatigue par Lon-

l‘équipement tie sauvelagv l'n Sllllplt‘ lms

mécanique pourrait tourner ii in mlnstmphv

Vanderbilt (métro Gloucester Road), un hotel de classe moyenne

APPAAEILLEZ

SAGEM ENT:

VERFIEZ TOUT-

! n‘oubliez pas d‘inspecter attentivement votre bateau a l'aide de la Lisle de points a verifier iournie par la (iarde ('(‘itiere canzulivnne qui recommende, entre autres. Ia Vt"rlli(‘£liioll (Iv l‘étnt (le la batterie, tie la reserve (l'essvm‘v vl ilt’

Canadian Coast Guard

134 S (lpetit déjeuner compris). British irways reserve des milliers

l i

Alors, prevent? l'imprévlsilfle. Prepare] wire mu- han'allon. Assure]- wus (l'nvoir ii lmrll l'equipt-mvnl (lt‘ sauwlzigt- net‘ts

sztire (It sache/ vous en servir t'oi:wnublenivnl (lrzir'e aux précieux (‘UllSt‘llS (lt‘ la (irmlv mlié'ren mus poum'l nuviguer en toute sl'wuritt'x iihlvnw gratuilviuenl une- mpie (le la Lisle de points a verifier t‘ll l'oinpos.‘im lt‘ numem sans inns (le la sot-unto ”antique, lo I Still ZtiT-titi. T \‘eriliv/ tout. (‘ar unviguer. (“ml prtw'oir... meme l‘ugre‘uwnl'

Canzu 123'

moins chers avec contort de base et

Authority, 1 1 venue Road, Suite salle de bain commune. On ne peut

450, Toronto, tél. 925-6326.

Une carte des uartiers dangereux de 1am1

MIAMI (A?) Pour inciter les touristes a ne pas bouder Miami en dépit des récentes agressions de vacanciers étrangen dam la ville, un particulier a édité a leur intention un plan signalant les quartiera a risque. «Si l’on sait ou les touristes vont immanquablement étre mo- lestés et dévalisés, je pense en ce qui me concerne qu’on a la res-

nsabilité de les meme en garde», explique David Arthur, qui a fait imprinter la carte a see frais en anglais, en espagnol, en hancaia, en allemand et en portugais.

Le guide, vendu 3,75 s US, localise les quartiers «rouge» theatre d’au moins un crime violent par jour en 1991 et 1992, tel: South Beach, Coconut Grove et Edison - «roses», «oranges», etc. suivant les statis- tiques établies ces derniénes années. ~

Maia l’initiative n’est pas pour ré'ouir certain responsables locaux, tel le president de I'Association de efense des hoteliers de Miami qui souligne son caractére exclusif. «le n'a pelle pan 5 boycotter certain: quartiers», se defend M. Arthur déci e, si les agences de location de voitures refusent d’assurer la vente de son guide, a fake installer see

propres distributeurs automatiques.

Ra uette de tennis réglable

AMHERS , Massachusetts (AP) Andy Brown, un math maticien améri- cain, a inventé une raquette de tennis réglable, comportant un cadre et une polgnée rotatives permettant selon lui aux joueurs médiocres de faire des progres. ll estime que la plugart des joueurs débutants éprouvent de grande difficultés a trouver le on angle pour frapper la balle. La ra uette réglable permet de modifier dans un sens ou un autre l'angle que ait le cadre avec la balle, grace a one commande installée sur la poignée.

Joseph Hamill, Chercheur en biomécanique a l’Université du Mas— sachusetts, note que cette raquette «a l’avantage d'étre ergonomique», s’adaptant a l’anatomie de chaque joueur. Selon ses travaux, e systéme de réglage permet d’amelmrer de 14% en moyenne l’efficacité des coups droits. Andy Brown a commence a travaillera son invention voila 10 ans ll cherchdit alors un moyen de mieux muer. ll explique qu'il a atteint au- jourd’hui grace a elle un bon niveau. . Brown tente maintenant de trou— ver un fabncant intéressé par l’achat des droits de son invention.

ENFIN, DECIDEZ DE VOTBE AVENIR!

Vous désirez un 500$ par mois d'extra?

Sivous pouvez consacrer de 7 a 10 heures par semaine. l'lnvestirai mon temps et, avec notre équipe. nous vous enseignerons tout sur cetle fantaslique opponunité d'aiiaire.

mesure que vous apprendrez, vos bonus vont augmenter. Pat, une enseignante. a recu 4,3448 a son 49 mois avec nous.

POURQUOI PAS VOUS? CONTACTEZ SERGE AU (416) 860-8591

Si vpus (ates sérIeux a étre en alialres a la maison, demandez pour le

TELEPHONE CELLULAIRE GRATUIT

VHliNthNflAv

./ wnnmu

WWW"! ‘v \Alil v «we Mam! ._

v mums t

Mumu an

“(WNW Al (‘YYAWA

TORONTO

vnmmln mi AND \ARNIA

A wouu

- W l N n ‘l l H ‘MIrUn taria

Pour lntonnatlon no reservations.

contactez Air Canada

wit/HAND ”WU"

wiw vnnu

WASHIMI'ON

l

l

l

l

v NARVIONU snummmn

1

Mi ”Mom l