,E-gL—mw

TORONTO-PARIS

NON STOP rous LES Jouns RESERVATIONS:

E—800-667—2747j

mars. 29391NEENUMERO‘E’Q: I:

PRO PATRlA SAEPE: PRO LlBER'I‘ATE SEMPER.

L’ EXP

La caisse populairede Toronto franchlt la prenuére étape

JULIE GAUVIN L'Express

Le Comité pour l’ouverture d'une caisse populaire a Toronto a concrétise’ ses premiers objectifs 1e 10 avril demier avec l'adhésion of- ficielle des premiers membres qui s'étaient fiérement déplacés pour confirmer leur appui au projet.

Les premiers adhérents ont également participé aux élections des quinze membres du comité ad- ministratif provisoire (C.A. provi- soire) qui sera mandate ‘usqu'a l'ou- verture de la caisse, ont la date reste a determiner.

«Ne sous-estimez pas l’acte que vous poserez ce soir», avait souligne’ le president du Comité, Roger Fi— lion, en souhaitant la bienvenue a ceux ui s’apprétaient a s’engager formcfllement. En effet, cet engage- ment ne se limite pas a la contribu- tion financiére des sociétaires mais doit également constituer une pro- fession de foi envers 1a cooperative.

Les membres, par l’intemiédiaine de leur part sociale, sont aussi pro- priétaires de leur caisse populaire, ce ui fait la force de l’institution.

. Daniel Brault, ieprésentant de la Fédération des caisses populaires de l’Ontario, a expliqué que chacun des societaires avait droit de vote sur les decisions importantes flui les concernent. Les caisses popu aires corrgptent plus de 200 000 membres en ntario, dont 85% sont fran- co hones, avec un actif total de 1.5 mi liards S.

On s’est mis d’acord sur le man— dat des nouveaux membres du (LA. provisoire ainsi que sur le montant de la contribution financiere mini- male fixée a 10 $, qui équivaut a la détention de deux parts sociales de 5 $ chacune. On pouvait bien sur investir davantage.

Le montant total recueilli, qui a

d’abond pour but de couvn'r les frais de «démarrage», sera conserve par le C.A. jusqu’a l'obtention d’une cha rte en bonne et due forme. l’ar la suite, les sociétaires seront en droit de réclamer le remboursement de leur part sociale (10 ‘5) en tout temps, ou encore de l’investir comme capi- tal social au sein de la caisse.

Au cours de la soirée, on a men- tionné l’ap ui symbolique de la caisse popu aire de Welland, ui a envoyé un cheque de mille do lars au projet tomntois.

Autre critere de confiance, vingt- deux candidats se sont montrés vivement interessés a faire partie du CA. rovisoire, une participation des plus encourageantes pour les initiateurs‘ du projet. D'autant plus que certains d’entre eux represen- taient des organismes comptant dts centaines de membres et socie’taires potentiels de la caisse.

Les ca ndidats posse’daient tous une experience pertinente dans le milieu de la finance et des affaires, de l’administration publi ue ou de la communication, et ils a fichaient une integration évidente au sein de la franco honie. Quinze d’entrie eux ont été éfiis‘, dont MM Roger Filion et Denis Begin, déja membres du Comité consultatif.

Le C.A. provisoire sera donc char é d’administrer Ies fonds re- L‘UCll is, d'edifier et de coordonner le plan Llltilltilre, de recruter de nou— veaux membres et bien stir, d’ob~ tenir la charte qui menera a la con- cretisation du proiet. Un mandat as- sez lou rd, mais qu’on considere comme réalisable vu la réponse positive manifestée par la commu- naute francophone toronloise.

Apres tout, la caisse se veut non seulement urie cooperative finan— ciere mais aussi un outil de rassem- blement et d'union ur la commu~ naute francophone L e 'l'oronto.

HEBDOMADAIRE

' Tobi

D'ACTL'ALlTE NATIONALE

:LEEMA'JEETDTJ_!8_AU:_‘2EKVfilfifimww

Un artiste de Detroit au Centre franco hone

TORONTO (L'Express) ~ La galerie Céline Al— lard ’du COFTM/Centre francophone a Harbour- tront présente, du 27 avril au 10 juin, Ies oeu- vres récentes de Robert Quentin Hyde, un artiste de Detroit qui termine des études d'his- toire de l'art a I'université Wayne State du Michigan. Son travail pictural est influencé par les théories des artistes surrealistes qui pre- conisent Ie recours a la chance et all hasard dans Ie processus de creation. II utilise le pa— pier méché, les brins de scie et la peinture.

TWIN“

_ IV y El lNTERN.~\TlO.\'ALE

' 4‘ HElfllLUlt:.llTAN-l’llltltl \t.\/Al{fz.l)ll(l( iiiiii; i-i<i\;\'<,<iisiii‘ii(.i RON

rTRAVl-IL TREND (416) m-m}

a partir de 499$

Aller- lL‘lDlll‘ par personne

' its pr - ne nnn '\‘l\ll('nl pas Li H‘-

VM AIR IRANSAT

du1" au 31 mai 1995

n- ll‘ ullt‘t .ledet-virts '

..._..__J

Aveu‘d’irnpuissance ou chantage? La réfonne rte la T1 ‘8 dépendra? t @2le l’élection des Libéra ax en (5)ntario

OTTAWA (PC) - Le ouver- nement Chrétien a ait son deuil d’une réforme rapide de la taxe sur les produits et les services (TI’S), comme il l’avait promis en campagne e’lectorale. Ottawa miserait maintenant sur l’an'ive’e au pouvoir des Libéraux de Lyn McLeod en Ontario afin de mener a bien toute réforme de cette taxe honnie des contribuables.

«Ce sera tlifficile de res—

iecler l'echeancier», a atlmis

le depute liberal lim l’eter— son, qui est president du co- mité permanent des Finan- ces, soulignant que la con- joncture politique au Quebec et les elections qui doiveiit avoir lieu dans au moins trois prm inces d'ici un an font pietiner Ies negtx‘iations.

Le premier iiiinistre lean Cliretien avail pourtant reite re en ileceiiilire dernier sii

romesse tlt‘ remplacer la ll’S au debut (lC ianvier 1996. A l’heure .icliielle, seules lt‘\ quatre pim iitces de l'Atlanti que, toutes diri Woes par (lt's' gouverneiiieiits iberaux, oot manifeste le plus grand mm ret a l'liarnionisalioii tles deux taxes [1 la coiisoniiiii lion.

Le federal attend que les electeurs ontariens so soient prononces atin de relaiicer Ies negociations lls calculeiil

qu'iiri [(24 tttVL‘rl‘lt'lllt'nl liberal a Queen's l’ark sera lus dis- pose :1 so ianger tle Emir cote que ne l'a ete jusqii’ici le pre— mier iiii l -istre iiiRi—ileniocrate Bob Rae

Conan ii-nt iiii'il devra compter s: ir Li ln iniie volonte (les' PrOVlllt is atiii tle donner suite a l’iiiie de ses plus im— portanli-s i-roiiiesses Llll tier» iiier sciiiliii, le goiivernement L‘liretieii ‘l lilll pret a aller tle |'a\'ant ai ec tine refoi'me de la “'8, meme s'il n'a l'appui que tlt' ciiiti provmces, dont l'()iitario. loutes les provin- ces recoiiiiaissent que l'har- moiiisation ties taxes compte tle ltttnll‘t‘t‘llx avanlages. Nous avons prevu Li possibi- lite iie pas avoir toutes les irox mces ilans iin systeiiie liariiioiiise Mais si nou~ i\'ons cinil pinviiices tie no— lie tote, noiis pourrioiis taire iiiielqiii- i In - t a ll1Llllll1L‘ M. l’eteruon.

let Hegm iations eiitre ( lt— la a a et les prm iiicis sont au pt *llil iiioit clepiiis que les mi— iiistres iles Finances se sont entieleiius a ce stiiet eii octo« liie ileriiier {i loronto. Selon ties iiitoi iiiations obleiiiies par la l’i‘esse ( 'anatlieiine, le niinistie tuleral ties Finances, l’aul \lartin, iontiait a iiiit‘ coalition tl'.i~\sod.itioiis patro iiales. \lllt'ltlllt‘N ioiirs seule— iiieiit .ipit-s .i\oii i‘eiiconti‘e

ses hoinologues l’automne deinier, qu'ils no devaient pas s'atlentlre a unc ret'orme de la 'l'l’S avant deux ans au plus tot.

la tleriiiere proposition tlu goiivernement federal, qui a ete reielee par les pro- Viiiies, aiirait pennis de rem- placer les taxes de ventes provincialts et la 'l‘l’S par une seiile tan- a la consommation lie 12% tl’un ocean a l’autre. 5'? serait alles dans les coffres tl'Ottawa et 7% aux provin- cis, l.’0iitaiio et le Manitoba ont inis sur la table leurs pro pres propositions, mais elles n’ont pas obtenu l'appui des autres provmcts.

Les negociations sont tort complexes, Ies rovinces ayant iles taux dit erents. Qiii _‘lllS est, l’Alberta, qui n’a aii- iiine ta\e de vente provincia— le, a adopte une loi recem— iiient torcant tout prochain gouveriiement provincial a tenir un refei‘endum avaiit ‘tl'iiitioduire tine telle taxe.

l.’an dernier, la niaiorite li- berale LlU comité permanent des finances avait recom— llhlllclt“ tle tusionner la “‘5‘ et Ls taxes tle ventes prm'incia Ies en une settle taxe qui se— rait incliise dans les prix, De» puis son entree en vi meur, le 1"ianvier1091, la [’9 rap- porte au federal quelque16 milliartls 5 par annee.

ALAIN-JULIEN GODBOUT L'Express

TORONTO Mme Rita Lacroix, d’Oshawa, a rernporté les honneurs de la premiére edition du recent concours Gens d’actr'on de la radio fran- caise de la SRC (CIBC).

La «Personnalité de l'année» s’est résentée aux studios e Radio- Canada afin de venir chercher son prix, une oeuvre de Robbert Fortin intitulée Tent d’action.

On retrouve la trace de Mme Lacroix au sein de la communauté fran— co hone d’Oshawa de- pUis 1956, au Club cana- dien-francais. De uis, elle n’a pas arrété e s'im- pli uer.

our le moment, elle

concentre ses energies dans deux comités: celui des soins de santé du centre communautaire

eux»,

anniversaire du Club canadien-francais. «Je crois beaucoup en

aite,

la communauté et aux gens. Quand on aime Ies gens, il faut étre avec souligne-t-elle. Ainsi, c’est sans compter ses heures de bénévolat que Mme Lacroix mene a terme tous ses projets. «S’il faut ajouter une journée de travail l’Amical et celui du 40' pu’une chose soit

compter ses heures et ca devrait étre pareil pour le

our travail a res cinq ou dix ien ans», e dire Mme ne faut pas Lacroix, qui s’oblige a

travail non-bénévole», ajoute Mme Lacroix.

Elle se décrit comme une visionnaire. «C’est tres rare que je travaille a court terme. Je fais des choses a moyen et a long terme. ll peut arriver que je voie le résultat de mon

quitter un comité apres quelque temps pour don—

Rita Lacroix, personnalité ’action de l’année!

ner la chancea d’autrts.

Rita Lacroix se dit d’ailleurs tres forte en matiére de coordination, d’animation et dans les comités de levée de fonds. Apres avoir organise des bingos pour plusieurs or- ganisations francophones de sa ion, Mme La- croix uti ise maintenant ses connaissances dans la pestion de levees de onds ..

Notre personnalité d’action n'est pas encore préte a prendre sa re- traite. Tant que sa santé le lui permettra et qu’on voudra de son aide, elle sera touiours présente dans sa communauté, ui selon elle ne fait pasles choses a pres.

Entre deux comités, Rita Lacroix adore assis- ter a des s ectacles et écouter de a musique. En tant flue gourmet- gourman e, titre qu’elle s’attribue volontiers, Mme Lacroix souligne qu’elle adore faire Ia cui- sine... et par la meme oc- casion gouter a tout!

La NASA ne croit pas aux superstitions mais a banni 1e nombre 13

CAP CANAVERAL, Floride (AP) - Les superstitions autour du nom- bre 13 ont toujours fait sourire les responsables de la mission lunaire Apollo 13, méme aprés l’explosion du reservoir d’oxygéne de l’engin dans l'espace... le 13 avril 1970.

Mais de uis lors, aucune autre mission de a NASA n'a plus iamais porté ce nu mero fatidique.

Thomas Mattingly, l’un ties as« tmnautes qui s’etait prepare pour la mission Apollo 13, souhaitait que le

MlDTOll/N

SATURN 0 SAAB ' ISUZU

957 avenue Eglinton E (a I‘Ouest de Leslie)

decollage ait lieu un vendredi 13 et que le vaisseau spatial emporte l’image d'un chat noir... Mais il a contracté la rubéole tine semaine avant le depart, survenu le 11.4.70 (1+1 +4+7+(l:l3) a 13h13, heure du centre de controle a Houston.

Apres l’explosion du reservoir d’Apollo 13, le commandantjim Lo- vell et ses deux membres d’equipa- ge ont reioint la Terre a bord de la capsule d'alunis‘sage, le vendredi 17 avril «()tt'iciellement, la NASA de-

Vi

Clare qu’elle ne se soucie pas des‘ su- p/prstitions autour tlu nombre l3. ais ie vous mets au defi tle trouver dans les archives le moindre astro— nef iortant le nuniero l3 (ipres Apollo 13», assure lini Lovell. la treizienie sonde spatiale l‘io« neer s'est appelee Pioneer Ve'nus Z. Depuis l983, les navettes iie sont plus desit'necs par le numero tl'or- tlre (lLl vo mais par no code tle chit‘ t'res et de lettres 4H; pour Ie treizie me vol.

Le souvenir de la reste vrvace au

BEYROUTH (AP) Le 13 avril 1975,1e mitraillage d’un car de Pa- lestiniens par des Chrétiens dé- clenchait une erre qui devait du- rer 15 ans et faire 150 000 morts. Cet anniversaire est presque pas— se’ inapercu a Beyrouth, oii grues et pelleteuses s'emploient a restaurer a splendeur passée de la capitale li- banaise. Mais son souvenir doulou- reux ne s’efface pas aussi vite que le souhaiteraient Ies dirigeants.

Un gortrait du president libanais Elias Hrawl devant des édifices de e

erre Lilian

apres une fusillade dans une église. Les deux attentats avaient fait 27 morts chez les l’alestiniens et trois parmi les Chretiens.

Pendant 15 ans, le Liban devait baigner dans le sang, jus‘qu’a l’inter- vention militaire syn'enne et la mise en application d’un cessez-le feu en 1990 par la Ligue arabe qui a parta- ge‘ le pouvoir entre la majorite' mu— sulmane et la minorité chrétienne longtemps dominante.

yrouthlourdernent endommagés par la guerre civile.

Le ciment et les briques ne peu- vent cicatn'ser les plaies les plus pm— fontles. «Nous pleurons tout ce temps perdu», écrit Rania Najarin, une etudiante née le jour du massa- cre, Clans des ages spéciales du journal Air-Na tar consacrées a cet anniversaire. «C’est une honte d’ou- blier», aioute Gibran Tueini, fils du tlirecteur du journal. «Nous n’ou- blierons iamais la tacon dont nous avons ete battus, bombardes, tues, enleves, deplaces' et mines.»

la guerre civile n’a epargné per- \(tnnL‘ dans tout le pays Rares sont les libanais qui n’ont pas perdii un proche, un ami, uri travail ou leur maison. l’res de 500 (100 personnes ont prefere s'exiler.

Le l3 avril 1975, des (‘liretiens mitraillaient un autobus detoiirne par ties l’alestiniens clans iin quar- tier delavorise, quelques heures

a partir de 199$ par mois‘ SL/ISA

’Location basée sur 36 mois a 115’. avec un dépét do 2 108 S lsur m:

SAI mN NB. : I vs laws .ippluables. perniis ,.issiir.inces et traisadniinistratits sont en sus,

dit approiivél

A résent, l'armee syrienne controle la plus granite partie du pays, des troupes israeliennes 0cm)— pent le Sud du pays et une force in- ternationale de maintien de la paix des Nations Unies, regroupant des contingents LlQ neut pays, stationne dans une autre liantle Llll tern'toire.

l,’armee libaiiaise, forte tlesor- mais de 55 (till) hommes, a contribue a restaurer l'aiitorite tlu gouverne— ment. la capitale n'est plus le thea- tre ties prises tl'otages, tletoiirne- ments on attentats~suicide qui Ol‘ndllldlt‘nl la we qiiotitlienne.

Cepemlant, tle nonilireiix Chro- tieiis crannient encore que leur mo- de de vie occidental iie soit menace par l'impiiissaiit e Llll goiivei'ne- ment a iieiiti‘alisei Ies islaiiiistes chutes qui \'t‘1llt'lll taire Llll Liban uii litat islaniitiiie inspire Llll modele iranieii

. niiiis. 'L’Exmgssa

.i Bouchard: une ide’e,

plusieurs strate’gies Panzeau:

une strate’gie, plusieurs ule’es

.i Bob Rae examinera la requéte des soeurs Dionne

————————-———-——— PAGE 3 Li Partenaires our les Jeux : :anco-ontariens

PAGE 4

1 LES M915 cnorsrs

—————— __ PACF. 6 .J NOUVELLE CHRONIQUE DANS L’EXPRESS: Les découvertes de Nathalie I’elletier

———--— PAGE 10

PAGE 2

, 1 5 l |l|| 78681. 6

7

ll pout cite iieiessaire de 1 ommandt‘r do l‘usine.

\lll)l()l\.\'

S \lL RN SAAB ISL IL “5‘ l elintoii \w l. loronlo

422-1100

l‘l’t‘\ltl\l\l l‘litll \( \\\l