2 c L'EXPRESS Semaine du 11 au 17 juillet 1995

La premiere ministre de l’Ile-du-Prince-Edouard

rejette l’idée

d’une union des provinces de l’Atlantique

CHARLOTTETOWN (PC) La premiere ministre de l’lle-du-Prin- ce-Edouard, Catherine Callbeck, soutient qu’il existe peut-étre cer- tains avantages a une cooperation plus etroite entre provinces atlanti- ques, mais l’union politique ou économique «n’est méme pas sur la table». A

«Je crois que les gens de l'lledu-

Prince-Edouard veulont avoir leur ropre gouvernement», a declare me Callback. «Nous sommes une

province et nous voulons le rester.»

Elle repondait ainsi aux com- mentaires exprimes recemment par le premier Ininistre lean Chretien, c ui s'etail dit en favour d'une union des provinces do I’Atlantique et flu’il croyait que cola donnerait plus

e oids [i 1.1 regIon au sein du Ca» nada.

Mme (alllwck n indique qu'elle cooperail etroitement avec les pre— miers ministres dos autres provin- ces de l'AtLintique pour reduiro les couts et se debarmsser dos chevau~ chements. M. Chri'tivn a repondu qu’il ne forcemit looms les provin- ces Lie l'AtIantIque a s’unir Innis que si elles choisissnient cette op- tion, il leur apporterait son aide. «C’est mieux de faire partie d’ttn groupe que d’etre tout seul, mais c'est au peuple de decider», a—t~il conclu.

L’ACTUALI

' ATIONALE

Meme la Moldavie a sayropre monnaie”

Un Quebec souverain serait stable et pros

Londres.

CHISINAU (AP) 8: LONDRES (PC) - La monnaie de la nouvelle république molda— ve, le Ieu, a acquis un debut de crédibilité, en devenant, jeudi dernier, 1a 103‘ devise convertible dans le monde. Mais le gou- vemement souverainiste québécois, lui, per- siste a vouloir conserver la monnaie cana- dienne et méme a rester membre du Com- monwealth britannique! a affirmé le pre- mier ministre Jacques Parizeau, en visite a

Le leu de Moldavie

(ex-territoire arrache’ a la Roumanie par l'URSS) n’est que la deuxieme monnaie c e l'ex—Union Soviétique, avec le som du Kirghi- zistan, Son cours est fixe a 4,6 lei (pluriel de leu) pour un dollar US.

uNos billets de banc ue ne sont plus de simples bouts de papier», a declare le gouverneur Leonid Tal- maci, en se felicitant du succes de la lutte contre l’intlation, celle—ci etant pas— see de 200021 a la fin de 1993, quand le leu a rem- place 1e rouble, a 0,27: en )uindernier.

Le representant du Front monetaire international a

Chisinau, L ngen Nielsen, a dit s’atte re a ce que l’in- vestissement étranger s’ac- croisse dans le pays. De plus, la r' ion russo hone moldave e Transdniestrie, qui a fait secession en 1992 Iorsqu’il était question d’une reunification avec la Roumanie, a decide de re- connaitre la monnaie mol- dave.

Le remplacement par le leu des coupons utIlises comme monnaie en Trans— dniestrie est une concession importante des se'paratistes. «La position des parties n’est lus irre'conciliable», a noté Fe resident moldave Mircea _ negur.

Pendant ce temps a Lon-

dres, le remier ministre Jacques arizeau tentait de rassurer Ie monde politique et financier britannique en rappelant qu'un Quebec souverain serait stable et rospere, qu’il conserverait e dollar canadien et qu‘il demeurerait membre du Commonwealth.

«Nous sommes les co— fondateurs et les copro rie- taires du dollar cana ien. Nous ossédons environ 100 mi liards de dollars. Cet immense pouvoir d'achat constitue la garantie la lus sure pour maintenir la ibre

pere, assure Jacques Parizeau a Londres

circulation des produits et .

des services entre nous.» «Notre économie et no-

tre expertise sont suffisa m- .

ment importantes et dyna- miques pour joindre la communauté du commerce mondial en tant ue pays souverain», a in iqué M. , Parizeau dans un discours prononcé devant l’lnstitut royal des affaires intematio— nales. L’institut est lié a la Lon- don School ot Economics,

ou le premier ministrei

uébécois a obtenu son

octorat en economie en

1955. C’est d’ailleurs son «alma mater» qui l’a invite a prononcer un discours dans le cadre des celebra- tions marquant le centenni- re de cette ecole reputee.

M. Parizeau a aussi ex— pli a son auditoire que e fiuebec et le Canada avaient «perdu 30 annees en tentatives futiles e1 frus— trantes» de conclure une entente oonstitutionnelle

«Un Non au referendum ne ferait que prolonger en— core cette perte de temps et d’énergie», estime le pre— mier ministre du Quebec.

‘0 5.":

la

SANTE

- Médecine familiale

22 rue College Toronto, Ontario MSG 1K3

Téi.: (416) 922-2672

Centre médico-sociol communoutoire

- Programmes de santé

INTERPRETATION FRANCOPHONE

- Interpretation médicale a I'hopital ou chez le médecin

C'EST POUR VOUS!

Numéro sans frais 1-800-268-1697

SOCIAL - Thérapie - Aideal'enfance

5 promenade Fairview ii 280 Toronto, Ontario

M2J 221

Tel: (416) 492-2672

QUEL E

i

vfinic ‘LE DE Rm

Nous pouvons vous aider a réaliser vos objectifs.

_ Manon Deslauriers Conseillere en placements

(416) 365-5555 ou

VOTRE ITE ?

' I , , I l

I

' l

mm W l-(800) 268-8506 if: Membre du FCPE L :7”?\ iIil‘IiL -l.‘1‘\ it'w ll iIT’llililllplt‘il(\(1”l.ldl('n‘ (‘1 (in ( .In.Id.I (it‘pilh 19111

Je peux vous aider! MARCEL STRIP-BERGER

AVDDAT

A votre service depuis 1974

PROBLEMES LEaAufijl

69 mo Elm Til: 416-588-2857

0 nlvorces (Boy 81 Bonita) Fax: 410-311“

Q can”: clvfles DTOI‘ITO "56 "‘2 m mop“ at criminoilos

Paul Rose ne pourra jamais étre candidat

MONTREAL (PC) - La Cour supérieure du Quebec vient de donner raison au directeur general des élec- tions, Pierre F. Cote, qui a rejete‘ la candidature de l'ex- felquiste Paul Rose aux elections générales du 12 sep- tembre 1994. M. caié avait alors fondé sa decision sur le fait que Rose avait été condamné en 1971 a la prison a vie pour le meurtre de l’ancien ministre liberal Pier- re Laporte.

Paul Rose etait alors president du Nouveau Parti De mocratique du Quebec. ll avait pose sa candidature dam: la circonscription de Marie Victorin. La directrice du scrutin du Ct mte avait d’abord accepte la candida- ture de celui qui fut l’une des figures les plus importan- tes de la Crise d’octobre.

Mais, le 30 aoL‘It, le directeur general des elections

convoquait Paul Rose a son bureau pour lui annoncer son intention de rayer son nom de la liste electorale dos candidats de Marie-Victorin, puisqu’il est sous le coup d’une condamnation a rpétuite.

Pierre F. Cote fondait sa decision sur l’article 235 de la Loi électorale c ui rend ineligible toute «personne de clarée coupabie ’un acte criminel punissable de deux ans d’emprisonnement ou plus, pour la duree de la pei- ne prononcee».

C'est l’expression «pour la duree de la peine pronon- » qui a surtout fait ma] 2. Rose. Celui-ci se tmuve do.L puis plusieurs annees en liberte conditionnelle, mais, techniquement, il demeure sous le coup de sa condam- nation «a perpetuite».

Paul Rose avait a l'époque immediatement porte l’af- faire devant les tribunaux. La Cour supérieure avait cl’abord rejete une demande d'injonction (qui lui aurait permis de participer aux elections du 12 septembre),

’uis, la juge Ginette Piché a conclu, la semaine demiere, que Pierre F. Cote n’avait pas commis d’erreur en ecar- tant Paul Rose du processus democratique.

Le Commissariat

aux langues officielles prefere consacrer ses ressources limitées aux enquétes sur

les ministeres

Langue e1: socie’te’ disparait

OTTAWA (PC) La revue Langue ct société du Commissan'at aux langues officielles disparait apres 15 années de publication en raison de compressions budgétaires.

TIrant a 10 (XX) exemplaim, la re vue, distribuee gratuitement, a- raissait quatre fois par année. n but etait de faire la romotion dos langues otticiellos £5 cofits de pro- duction atteignaient 30 (XX) $ par numéro, dont le demier a été publié l'automne demier.

8a disparition decoule des com- pressions que le Commissariat s’est vu im poser par le gouvemement dans le cadre du demier budget fe deral. Le rythme des reductions est de 5% par annee pendant les trois prochaines annees. Le bud et du Commissanat passera ainSI de 11,8 millions $ cette annee a 9,6 millions ‘5 en 1998. Bien entendu, le person— nel ecope, puisque 38 postes seront elimines, ce qui portera les effectifs a 126 employes en 1998.

linrico del Castello, porte-pamle du Commissariat, admet que la su- prcssion de Langue et société laisse— ra un vide pance qu’«elle comptait beaucoup d’abonnes et qu’elle etait tres lue-i.

Mais la situation n’offrait guere d’autrcs possibilités. Le Commissa— riat a pretere se consacrer a sa mis- sion principale, soit d’enquéter sur les infractions a la Loi sur les lan- gues officielles, indique M. del Cas- tellor «De plus, poursuit-il, il existe deia d’autres ministeres, comme le Patrimoine et le Conseil du tresor, qui font la promotion des langU$ officielles et dont c’es‘t le mandat.»

Malgre cette decision, les servi- ces d'enquéte seront tout de meme touches. l e nombre d'employés af- fectes' a Li verification des plaintes sera diminue. Ia frequence des en- quetes cycliques realisees aupres c es ministeres sera aussi reduite.

12 millions $ 5 O 15 orgamsmes anglo québécois

MONTREAL (PC) Le gouveme- ment federal a offert de verser des subventions de 12 millions s a 15 organismes anglophones du Que- bec afin de les amener a se regrou- per pour faire 1a promotion de l’anglais dans la province.

Selon un document confidentiel dont le quotidien montréalais La Presse a obtenu copie, 1e ministere du Patrimoine de Michel Dupuy ne'gocie discretement avec des o a— nismes depuis un an. 11 tente de es réunir our creer un nouvel orga- nisme: e «Reseau des groupes com- munautaires du Quebec».

Parmi les groupes courtisés par Ottawa, on trouverait notamment Alliance Quebec, l’Association des Townshippers, l’Association des journaux communautaires anglo- phones, l’Association des fermiers anglophones du Quebec et l’Asso— ciation des fermiers de la Vallee de la Chateauguay.

Selon cette derniere, ces organis- mes et une dizaine d’autres de moindre importance ont longue- ment discute avec les fonctionnaires du ministere du Patrimoine pour établir le fonctionnement du réseau. S'appuyant sur la Loi des langues otficielles, Ottawa aurait propose de verser dos subventions annuelles de 3 millions 55 au réseau jusqu’en 1999. Le gouvernement prévoirait également éponger les frais d’admi- nistration de cette structure et, au besoin, lui accorder de l'aide en ver- tu des autres programmes fede- raux.

Léonie Tchatat

ROYAL LEPAGE —iIIIIIIiIIImIIImII

AGENT IMMOBILIEB

rkldont on Ontario donut: 1%?

SI vous déslroz VEHDBE, LOUEII ou ACHETEB,

contactoz .. -, _ _

YVETTE DOCHE au 221-5515

Lesieunes et le racIsme

Un atelier de jeunes aura lieu 1e samedi 29 juillet 1995 au Centre francophone, 20 avenue Lower Spadina. Cet atelier est organisé par le Groupe Jeunesse et

a pour theme «Les jeunes et le racisme».

Pour plus de renseignements, contactez:

Présidente du Groupe Jeunesse

ou

Alain-Roland Ndoumbé

Coordonnateur du proiet

(416) 203-1220, poste 236

CENTRE COMMUNAUTAIRE LE GRIFFON

2E JOURNEE ANNUELLE

GAULOISE

Samedi 22 iuillet de 15h a 22h30

Dans ia cour de la cave a vin Chateau des Charmes. 1025 chemin York, Niagara-on-the-Lake.

8 3 par pononno (12 on: at molns gratult) Repas de sanglier et autres mets irancais disponibles, Apportez vos chaises de parterre. Animation musicale continue. Bar a vin.

Tente communautaire. Visites guidées de la cave. Beau temps. mauvais temps.

SPECTACLE

en premiere partie: CORMORAN.

oaonant du concours La BrI‘Inante a la sac.

EDITH BUTLER

Biliets au Centre Le Grifton

eta la boutique du Chateau des Charmes

Iterations poor to and Toronto: (II) 313-3322 on Imam-5212.

F CALEN D RIER D'ACTIVITES DU CENTRE FRANCOPHONE Si vous étes un organisme affilié au Centre francophone de Toronto, vous avez accés gratuitement :1 cc calendrier pour annoncer vos activités. Ce calendrier parait toutes les semaines

dans L'Express. Vous voulez en savoir plus? Contactez Célia au Centre francophone de Toronto an (416) 203-1220.

LA CONVENTION.

(905) 682-2742

(905) 262-5202 Raéiiiififilm our a... 4.1.... oomtootou CORN/Con ironcopiiooo.

TL’ANGLAIS? POUROUOI FAIRE?

Le marché du travail aujourd'hui exige de bonnes capacités en COMMUNICATION, Si vous avez décidé de vivre a Toronto, une bonne PREPARATION A L'EMPLOI commence avec I'apprentissage de l‘ANGLAlS.

Le Service aux nouveaux arrivants du COFTM/Centre francophone ottre, dans la cadre de son programme CLIC, des cours d‘anglais iangue seconde aux niveaux 2 et 3. Ces cours s'adressent aux personnes ayant les statuts d’IMMiGRANT RECU ou de REFUGIE AU SENS DE

Pour s‘inscriro. veullloz téléphoncr an (416) 203-1220 aux pastes 233 cu 231.

PIERRE GENDRON

PAYLANDE 1990-1995 : acrylique sur loile

Exposition iusqu’au 29 iuillet

Galerie celino Allard du Centre irancophone 20 avenue Lowers adina, Toronto MW 221 Tel: (416) 203-122 , Fax: (416) 203-1165 Heures d'ouverture: 911 5 161130

du Iundi au vondrodi

Conservatour: Luciana Benzi (Art Dialogue)

Merci au ConseIl des arts de I'Ontano. a la Communauté urbaine de Toronto at a Budaet-Rent-A-Car.

=w=