2 o L'EXPRESS - Semaine du 25 au 31 juillet 1995

Seulement deux ambassadeurs auraient entendu Parizeau parler de homards

MONTREAL (PC) Le premier ministre québécois Jacques Pari- zeau aurait compare un Oui au referendum a des homards qui, une fois entrés dans la cage, n’en sortent plus en compa nie de seulement deux ambassa eurs, et ce, 3 l’occasion d’une réce tion pllutOt qu’a une réunion pub ique.

oila la raison tres simple our la uelle plusieurs ambassa eurs p sents ont nié l’affaire, soutient e chroniqueur William Johnson

Le journaliste du quotidien The Gazette écrivait la semaine demiere que Jacques Parizeau n'avait pas employe sa métaphore du homard devant les 15 ambassadeurs de l’Union Européenne. ll l'a plutot fait, verre a la main, en bavardant lors d’une réception qui a pre’cédé un repas a l’ambassade d’Alle- magne a Ottawa le mois demier.

«Les 13 autres ambassadeurs presents n’ont pas entendu la re- marque sur les homards, et ils pou- vaient ainsi nier avec raison u’elle ait été faite lorsqu’il s’est a ressé aux 15 ambassadeurs de l’UE.»

Interrogé sur la controverse, le premier ministre lean Chrétien avait déclaré : «J'ai assez d’expé- rience pour savoir que lorsque vous parlez a 15 ambassadeurs, dont chacun doit faire un rap rt 3 son gouvernement, il y a e bonnes chances que la conversation soit connue de quelqu'un éventuelle- ment. Alors, y a rien la.»

«Quand je parle en privé aux ambassadeurs, avait—il ajouté, je leur dis la méme chose que ce que je dis en ublic.»

M. C rétien a par ailleurs nié que son gouvemement ait orchestre’ la «fuite» de la note de service qui rapportait les présumées remarques de M. I’arizeau. La television de Ra— dio-Canada et le quotidien La Presse ont rapporte’ que la fuite était liée au «groupe tactrque» de hauts fonctionnaires mis sur pied par Ot- tawa pour orchestrer la stratégie référendaire féde’rale. Howard Bal- loch, qui dirige le groupe, a admis au’il avait parlé a des journalistes

e l’existence de la note de service.

L’ACT UALITE NATIO».;-,..-—.

Améliorer les operations de la Croix-Rouge cofitera cher, mars les provmces l’acceptent

OTTAWA (PC) Les gou- vemements provinciaux et territoriaux sont d’accord avec un chambardement complet des operations de la Croix-Rouge en matiere de produits sanguins, meme si les cofits augmen- taient de 50%.

Les ministres de la San- té, d’un bout a l’autre du pays, sont parfaitement au courant de ce que cet or- ganisme prépa re et, en principe, sont d’accord, a déclaré un pone-parole de l’Agence canadienne du sang, une organisation fi- nancée et contrélée par les provinces.

Les divers gouverne- ments attendent encore de oonnaitre tous les détails du Elan envisage par la Croix-

ouge, qui devrait couter au moins 100 millions $, a laissé savoir vendredi De- nis Roch au cours d’une en- trevue. «Nous sommes cer- tainement d’accord avec ce que fait la Croix-Rouge. Nous n’en savons pas assez pour porter de jugement sur chaque aspect de ce qu’ils font, mais c’est cer- tainement conforme avec les diverses recommanda- tions faites au cours des an- nées», a-t-r'l déclaré.

La Croix—Rouge a l’in- tention d’améliorer son traitement du sang afin de satisfaire aux critéres de l’Administration des ali- ments et drogues du gou- vernement américain (FDA). Cela suppose 1e re- cours a des techni ues sévéres de controle e la qualité qui ont été erfec- tronnées dans l’in ustrie pharmaceutique.

L’apparent enthousias- me des différents pouvoirs

ublics a assumer des ma- jorations de cor‘rts en pleine période de compressions

udgétaires montre a quel point tout ce dossier at de venu une question tres déli- cate.

Les provinces dépensent annuel ement 300 millions 5 en produits sangurns. Les sommes totales allouées a la santé au Canada sont de 12 milliands 5 par année.

La Croix-Rouge doit res- pecter les normes de sécu- rite’ américaines parce que les produits sanguins cana- diens sont maintenant ex- portés dans ce pa s or] ils sont utilises de iverses manieres dans des traite- ments médicaux.

Durhane Wong-Rieger, présidente de la Société canadienne des hemophi- les, estime que des con- troles plus rigoureux sont nécessaires: «A cause de tous les cas d'abus sur- venus avec les banques de

sang, (...) je pense que nous

Les politiciens vulnérables face aux médias hostiles?

OTTAWA (PC) Seton Brian Mulroney, les politiciens doivent subir saris broncher la mechanoeté des medias hos- tiles, plus intéresses par les somettes que par les politiques ubliques.

L ex-prernier minrstro a fusti e le traitement mediaticjue des politicrens dans un texte publié a semaine demiere dans un journal académique américairr. II a fail peu de references directes a ses

neuf années passées comme premier ,

ministre, mais a laissé sentir urie amor- tume que méme les anciens politiciens étalent raremerrt err public.

M. Mulroney a affirmé que tea in- sultea personnelles de la part dos m6- dias constituent malheureuoement 1e prix fort que doivent payer to; leaders

lea aociétés (1 tree, et que iea-politiciens sont souvent ea victimes les plus vulnérables dos medias.

«Quicongue a subi la méchanceté d'un media rncorrigiblement hostile, a écrit Brian Mulroney, sait que d’étre elu comporte des cofits personnela impor- tants pour les participants et em

2. »

Le texte a été adapté d’un discours donné récemment par M. Mulroney a New York au centre d’études sur la li- berté des medias, voué A la promotion cle la liberté de presse. ii a été publié dans le Media Studies Journal, la bli- cation do centre. M. Mulroney si ge au conseil d’administraton de oe centre.

devrions aspirer aux plus hautes nonnes possible».

A son avis, il faudrait obliger la Croix-Rouge a respecter les normes de l’Association américaine des banques de sang, qui sont beaucoupplus strictes que celles de ' dministra- tron des aliments et des

drolgues.

our ce qui est de l’aug- mentation des couts au Canada, Mme Won -Rieger se dit en désacco :il faut plutot que la Croix-Rouge effectue un travail plus pro- fessionnel et que l’o anisa- tion soit surveille'e e plus pres. Pour sa part, Denis Roch indique qu'on ne sait pas comment les prix des pro- duits sanguins canadiens se comparent avec ceux des autres pays. Une enquéte a ce sujet est en cours.

Iqaluit, capitale

du Nunavut?

lQALUlT, T.N.-O. (PC) - Iqaluit serait le meilleur choix comme capitale du nouveau territoire inuit de Nunavut lorsque sera offi- cialisée la division des Ter- ritoires du Nord-Ouest.

La loatlité de l’est de l’Arctique semble avoir été choisie au detriment de ses rivales Rankin Inlet et Cam- bridge Bay dans un rapport

ublre’ récemment par la ommission de mise en place de Nunavut.

ll appartient at Ottawa. de prendre la decision d’a- dopter la recommandation. On s’attend a ce que le ministre Ron Irwin prenne une decision d’ici le mois de septembre.

Au méprio do la communauté intomotionalo ot tout particulioromont do: pouploo do I'Ocoanto. lo préoidont do to Republiquo traneoloo, M. Jacques Chine, a nnnonco recommont quo In Franco ollott ottoctuor, a partlr du mois do ooptombro 1995 ot juoqu'on mat 1 995. one oorlo do huit nouvoaux ossoto ooutouaho d’ormoo ,, nucleolus dono Paton do Munroe, on Polynéolo tune-loo dang recoup focltiquo.

, .I.'r r

Tant que le gouvernement francais n’annoncera pas l’annulation de ses essais nucléaires dans le Pacifique,

BOYCOTTEZ

les vins, cosmétiques, vétements et autres produits franeais de quel

Vous pouvez aussi écrire au président de la République francaise, M. Jacques Chirac:

Palais de l’élysée, 55 rue du Faubourg St-I-lonoré, 75008 Paris, France. Télécopieur: 01 1-33-1-47-42-2465.

2 it"

i" J

“9% ”I 3:

).

)o

. ‘/

J;

5... ”f ,2 ts;

4x; =

H /;

‘\ (I ’k” ‘4 1 x i

> i l’? is? firm .5)

C fourmille d’activités

» ‘au Centre des sciences?‘

Venel. vnir une colonic dc f‘ourmis parasols urltiver leur iardin. Fahriqur‘z du papier il\'(‘L dos pr'aux dc hunane. lixplnrr‘l une forét tropicalv. Voyagcl. sur l'automute Electroniqur'. Rr‘sscntcz touto l'rntcnsité do 500 (XX) volts Avcc plus do 650 modules d'exposition, lr- Centre dos scrr‘nu‘s rlr' l'()ntrrrr0 vous lcra littéralement dresser les (hr‘vcux sur la téte‘,

Voyez les fourmis parasols au Centre des sciences de l'Ontario.

rI l'rVII \Illl\ Rn rrl jm ~ .i l ylmrm | .d - lllltl rum ll l~ - I n nu ”mm. .lrr nrumrr-y. .lm AHJIH \ rt\lr.llt"~ .Ir- Ill ltllrrvr' r't .lm | urxrn rlr‘ l ()llllrlh

La Reine a l’église catholique

LONDRES (Reuter) - La reine Elizabeth II, chef de l’Eglise anglicane, assis tera le 30 novembre prochain, pour la premiere fois de sa vie, a une céré moniereligiOuSe dans une' église ca tholique, a annoncé la semaine derniere lo paldfide Buckingham. . ,t Apres avoir consulté l'archevéque de Canterbury, la plus haute auton'té

s irituelle anglicane, la souveraine a accepté l’invitation du cardinal Basil

ume a assister a un office oeorménique 51 Westminster 3 l’occasion du cen- tenaire de la fondation de la cathe’drale.

David offusque les orthodoxes

JERUSALEM (AP) La municipalité de Jerusalem a refuse une copie fidele du David de Michel-Ange, offerte ar la ville de Florence, de peur que la nudite’ de la sculpture ne choque les bitants juifs orthodoxes et arabes. Selon le journal Yedr'ot Ahamnot, la ville avait d’abord acce la statue du roi israélien de l’Antiquité, haute de 4,5 m et évaluée a 7 000 $ US, mais les protestations des Arabes et des ]uifs ultra-orthodoxes l’auraient fi- nalement décidée a refuser ce cadeau. A la place, Florence donnera une sta- tue en bronze de David réalise’e par Andrea del Verrocchio au XV“ siécle.

Un demier témoignage sensationnel au procés de Bernardo:

Bernardo!

TORONTO (PC) - C’est le calme avant la prochaine tem éte de té- moi ges, dans le ca du

proc pour meurtre de Paul Bernar o, a Toronto. Le jury est en congé pour la semaine, lui qui depuis plus de deux mois a assisté a certains des témoi ges les plus troublants de l’historre judiciarre canadienne.

«Faites le vide jusqu’a votre re- tour», a conseillé le juge Patrick LeSage aux huit hommes et quatne femmss qui torment le jury, avant de les relever temporairement de leurs fonctions.

Néanmoins, les jures auront cer- tainernent de la difficulte’ a suivre ce conseil. Apres avoir ardé pen- dant des heures de mu ti les ban- des vidéo - certaines a la imite de la porno aphie, d’autres si horri- bles qu’e les ont contraint les jure’s, habituellement sto’r'ques, a se cou- vn'r les yeux - il leur est probable ment impossible de faire totalement abstraction de ce procés hors du commun.

Les jurés auront sans doute aussi a l'esprit 1e lon témoignage 17 jours - de l’ex pouse de Bernardo, Karla Homolka. L’ancienne assis- tante vétérinaire a déclaré qu’elle était dans la chambre a coucher du domicile du couple, a St. Catha- rines, chaque fois que Bernardo a étranglé une écoliere captive au mo en d’un fil électn'que.

lie Mahaf , une adolescente de14 ans de Bur ington, en Ontan'o, a été assassinée en 'uin 1991. Kristen French, 15 ans, de .Catharines, est décédée 10 mois plus tard, en avril 1992. Homolka, ui a reconnu sa complicité dans c cun des meurtres et qui est, selon la défense, l’auteur des deux crimes - a raconté a la cour que Bernardo avait tué les deux adolescentes aprés en avoir fait ses esclaves.

La arssiére est quelque peu retom ' , la semaine demiere, les procureurs ayant pendant deux jours introduit des elements de preuve de moindre importance.

A la suite de deux autres jour- nées au cours desquelles ont été

présentées des expertises médico- égales, le jury a été renvo é a la maison, les deux parties evant en- tre-temps se lancer dans des argu- mentations de nature légale dont les medias ne uvent faire mention.

Le proc doit reprendre le 31 juillet. Les répuliers des audiences s’attendent a ors a un demier coup d’éclat. L’avocat de la défense john Rosen a en effet laisse’ entendre que Bernardo lui-méme pourrait se ren— dre a la barre afin de donner sa pro- pre version dos faits.

L’ANGLAIS? l Pounouor FAIRE?)

Le marché du travail aujourd'hul exlge de bonnes capacltés en COMMUNICATIO . Si vous av z décidé de vrvre a Toronto, une bonne PR PARATION L'EMPLOI commence avec I'apprentissage de I'ANGLAIS.

Le Service aux nouveaux arrivants du COFTM/Centre francophone oltre. dans la cadre de son programme CLIC, des cours d'anqlais langue seconde aux nlveaux 2 et 3. Gas cours s'adressent aux perésonne ayant les statuts d‘IMMIGRANT RECU ou de R FUGI AU SENS DE

LA CONVENTION.

Pour s’lnscrlra. vaultloz ttléphonor so (416) 203~1220 aux posts: 233 on 231.

CALENDRIER D’ACTIVITES DU CENTRE FRANCOPHONE

Si vous étes un organisme affilié au Centre francophone

de Toronto, vous avez accés gratuitement 5 cc calendrier pour annoncer vos activités. Ce calendrier parait toutes les semaines dans L’Express. Vous voulez en savoir plus? Contactez Célia

au Centre francophone de Toronto an (416) 203-1220.

Le Centre franco

de Togonto vous souharte

un bon ete.

hone

I"

Lesieunes et la racrsme

Un atelier de jeunes aura lieu le samedi 29 juillet 1995 au Centre francophone, 20 avenue Lower Spadlna. Cet atelier est organise par le Groupe Jeunesse et

a pour theme «Les jeunes et la racisme».

Pour plus de renseionements, contactez; Leonie Tchatat Présidente du Groupe Jeunesse

ou Alain-Roland Ndoumbé. Coordonnateur du prolet (416) 203-1220. poste 236

PIERRE—GENDRON

PAYLANDE 1990-1995: acryllque sur tolls Exposition jusqu'au 29 juillet

Galorla ctllno Allard rlu Contra trance hone 20 avenue Lower s adlna, Toronto M5 221 Tél: (416) 203-122 , Fax: (416)203-1165 Nouns d'ouvortrrra: 9h a mum

du lundl arr vondrodl

i I Conservataur: Luclana Benz) (Art Dialogue)

l Merci au Consort des arts de l'Ontan'o, a la Communauté urbalne do Toronto at t Budaet~Renl-A-Car.

Motel 5 Budget Itont-o-car our son «luau constant as comm: francophone. Man-um m to Grand mm: (or) 013-3322 on 1m1-m2.

—Burlppt=