Semaine du12au18 décembre 1995— L'EXI’RESS e 3

L' EXPRES S

llllil )()\l\ll \lRl

:lIIIll

III-I‘WIIMIIIIIIII‘

l\llH\\ll (infill

Iournal et ne sont pas établis en tonction

President & Editeur: Jean— Pierre Mazaré Vi”??¢§“°,"‘§.°"9°‘99" Francois Bergeron h /

PRODUCTION: Jean- —Franoois Beaudry, Genevieve Brouyaux Aklilou Etaya COLLABORATION SPECIALE: Tracy Ballantyne, Christiana COté, Daniele Daigle, Dominique Denis. Juan-Carlos Folla, Valeriu Hagiu

Mylene Moisan, Nathalie Pelietier. Nathalie Prézeau. AGENCES DE PRESSE: Agence Science—Presse (Montreal), La Presse Canadienne (Montreal). Objectif: Media (Toronto)

L 'Exp/ess est pubiié par L Express de Toronto Inc. et se veut un Iournal independant de toute attIlIation polItIque oommunautaire ou commerciale Les opinions emises par les s‘r gnataires 695 articles pubiiés dans L'Express n engagent qu eux- memes Nos chroniqueurs et nos correspondants ne sont responsables que des anicies qu ‘Iis onIs non Signés se veulent strictement inlormatils et sont la responsabilité du drorts de reproduction at d utilisation 6' articles at d' illustrations sont protégés et ne peuvent étre obterius qu 'avec le consentement explicite écrit du directeur Aucune responsabihté n 'est assumee envers le materiel redactionnel non sollicrie. Une enveloppe retour dument

attranchie don accompagner tout envoie de materiel a retoumer apres utilisation Toutes les lettres adressées a L'Express WW a sea rédacteurs sont cons de publication. 3 morns d' indications contraires écrites L abonnement a L Express coute 50$ pour on an ou $80 pour deux ans au Canada 150$ pour un an a l'étranger, non- rem boursable at Incluant la TPS Des tarits spéciaux s 'appliquent aux abonnements do groupe comme les étudiants Les tarits de publicité sont associés au processus manutacturier du de son aspect service détini au paragr he 44 de la Loi sur limpet sur la revenu lT-145R Pour tout renseignement concemant tar d‘ espace publicitaire dans L Express veuillez contacter le directeur.

t7 avenue Carlaw, Toronto M4M 2R6 Canada Téléphone: (416) 465-2107 Télécopieur: (416) 465-3778 ADRESSE ELECTRONIOUE: lexpress@eworld. com Courrier de deuxieme classe it 3695530-99' tSSN 0823-163X

sggnés Les articles recteurI Tous les

idérees comma étant pour tin

servation

Le Sun ale droit

s - 1

d’étre béte et méchant

FRANCOIS BERGERON L'Express

Rien ne suscite davantage de reac- tions des lecteurs d’un Iournal qu’une caricature controversée. Et c’est normal : le re ard est irresis- tiblement attiré par es illustrations, puis par les titres; la lecture des arti- cles (pas toujours I'usqu’au bout) est plus ale’atoire.

Récemment, un dessin de notre série «lrréalites virtuelles» a provo-

un haut~le—coeur Chez certains

in'geants du CEFCUT (Conseil des écoles francaises de la Communauté urbaine do Toronto) qui le trou- vaient «sexiste» et «raciste» (a l’en- droit des hommes et des Russes...) Cette semaine—la, ils ont interdit la distribution du journal dans leurs éCOleS.

Atteinte a la liberte de resse? l’as nécessairement. Ni le C {FCUT ni le Conseil des e’coles catholiques ne sont obliges de diffuser L’Express dans leurs écoles. lls nous rendent service en le faisant (ainsi, osons— nous croire, qu’a la communauté francophone) et nous leivr en som- mes reconnaissants. C’est a eux qu’e’choit la responsabilité d’a

rouver ou de rejeter, au nom c e Eurs principes pedafigogi ues, les journaux, les livres, es fi ms, les spectacles - de meme que les pro- pos et les attitudes de leurs ems ployés auxquels seront exposes eurs e’leves.

C’est un «choix editorial», com- me on dit chez nous, pas de la «cen- sure» au sens stalinien or] on l’en- tend communément.

>I->I->I-

ll en va tout autrement, en milieu universitaire, des propos ou des travaux controversés des ensei- gnanis, I ui s'adressent a des (I'eu- nes) adu tes et dont le mandat est précisement d’encoura er la discus- sion des idées les plus (iVQI‘bQS.

On se souvient des recherches d un prof de Western Ontario sur l’antériorité et peut-étre l’infériorité de certaines races par rapport a d’autres, qui avaient soulevé un tol- de protestations mais pas de con— gediment.

Cette annee, une cabale féministe a reussi a faire fermer lI- departe- ment de science—polio: ue de l’Uni— versite de Colombie-iiritannique

ndant qu’on tentera de mettre fin a la «discrimination S\ slemique» qui y prévaudrait et de se débarras— ser de ses elements les plus «poliv tiquement incorrects».

BECEVEZ L’EXPRESS CHEZ VOUS N’IMPORTE III] A ronouro ou Au CANADA!

Récemment, c’est la découverte (par le Toronto Sun) qu'un prof de 'ournalisme de l’lnstitut Ryerson a

pronto travaille occasionnellement comme prostitué qui nous a en- trainés dans un nouveau débat sur les limites de la liberté académitkue. Apologiste notoire des relations 0— mosexuelles «inter-ge’nérationnel— les» (nous, on appelle ca de la pedo— philie) il en aurait discuté en classe.

ll est difficile de suivrie la logique de Ryerson, qui a embauché cet in—

dividu en toute connaissance de

cause, s’agissant de ses idées, mais se scandalise aquurd’hui de ses ac- tivites extra-curriculaires. ta woutte d’eau qui fait déborder le vase.

>t->t->t-

l’arlant de Toronto Sun (et de caricature), sa campagne de désin- formation sur la television francaise a Toronto n’a laissé personne indif- férent dans la communauté franco- phone. Le Sun a compare des bud- gets provinciaux de «French CBC» et de «French 'IVO» a des auditoires locaux en «prime time» pour con- clure, dans un editorial et une cari- cature, que les Franco—'lbrontois ont acces a tro de services (SRC, RDl, TFO et 'IVI ) et qu’on devrait les en- coura er a retoumer au Quebec!

lies chiffres étaient gonflés.

2. Ces services sont fournis a l’e’chelle provinciale ou nationale (internationale dans le cas de TVS). ll‘faut les comparer a des auditoires de meme grandeur.

3. On regarde moins la télévi— sion francaise en «prime time», en milieu minoritaire, qu’a d'autres moments, on différé ou en classe.

4. Seuls les Québécois d’origine peuvent «retoumer» au Quebec. De vrait-on deporter les Euro éens et les Africains? Redéporter Les Aca- diens? Oi: devrait-on renvoyer les FrancoOntan'ens? Les francophiles?

5. Les édileurs du Sun souhai- taient manifestement que le 36 a- ratisme l’emporte le 30 octobre er- nier et expriment ici leur frustration.

Une campagne de lettres et de

étitions a été mise en branle par ’Association canadienne—francaise de l’Ontario. Divers porte-parole ont denoncé le «racisme» ou la «propagande haineuse» du Sun. Aucun recours I’udiciaire, heureuse— ment, n’est re’vu. Nos lois contre la «propagan e haineuse» ou la diffu- sion de «fausses informations» en- freignent la liberté d’expression et sont deja largement discréditées. Le Sun a le droit d’élre béte et méchant plus souvent qu'a son tour.

%._-______....-_-..___-__-____..-_

COUPON D'ABONNEMENT

Nom(s)

Adresse #

Ville

Pays

Téi:

MODALITES DE PAIEMENT

Code Postal

[I NOUVEAU [I RENOUVELLEMENT Abonné ii {3 50$ UN AN I] 80$ oeux ANS [I 1503 ETRANGER (un an)

[7] Cheque it i ] Mandat postett l ] Carte de credit #

[:1 VlSA E] MASTERCARD Date d‘expiration:

S. V. P retournez ce coupon avec votre paiement a: L' EXPRESS 17 av. Carlaw Toronto M4M 2R6 Canada. Ou (avec carte de credit) envoyez- -le par telecopieur: (416) 465-3778

SUZANNE DANSEREAU Presse canadienne

TORONTO L’opposition libérale et néo-démocrate a Queen’s Park a réussi a mettre un frein aussi temporaire soit-il a la «Revolution du bon sens» du premier ministre Mike Harris.

A la suite du rare «fili- buster» qui a duré toute la nuit de mercredi a Ieudi derniers a la legislature, le gouvernement conserva- teur a finalement accepté de tenir des audiences publiques en Ianvier pro- chain sur le controversé proIet de loi 26

Ce bill omnibus accorde au gouvernement ontarien des pouvoirs sans précé- dent dans une foule de secteurs, notamment celui de fermer unilatéralement des hopitaux, d’obliger les me'decins a pratiquer en re- gion, de saisir le dossier medical d’un patient ou en- core d'ordonner la fusion de municipalités.

Le gouvernement en- tendait faire adopter cette legislation en moins de dix jriurs, soil avant Noel.

ll s’agit pourtant d’une legislation qui contient plus de 200 pa es, amende 44 lois, en cree lrois autres et qui, a ce titre, est la plus vo- lumineuse darts toute l’his- toire de la rovince.

Mais C evant le tolle grandissant qu’elle suscite dans l’opinion publique et grace a une strategie inu— sitée (et im rovisee) des deux partis cijopposltion, le ministre des Finances et au— teur de la loi, Ernie Eves, a finalement reculé.

«Le roIel de loi sera étudié urant trois semai— nes au mois de Ianvier», a-tv il annoncé apres dos nego— ciations avec les deux partis

ONTAREO

Des audiences sur le projet omnibus en janvier

La «Revolution du bon sens» ralentira

d'opposition, qui avaient empéche l’expulsion du député liberal Alvin Cur- ling de la Chambre, a Ives que celui—ci eut refuse do so rononcvr sur le projet de iiii (dans notre sVsteme par- lementaire, les deputes ne peuvent s‘absienir de voter L u’en s'absentant de la hambre)

L’opposition {I Queen's Park pousse les hauts cris devant ce proIet de loi. La chef liberale Lyn McLeod s'est fait ex iulser deux tois‘ tandis que f ‘3 decembre, le NPD avait IIIIitie la cham— bre et menace de tenir ses- propres audIencts.

La saga be sent donc ter- minee par un engagement du gouvernement a per— mettre l’etude detaillee du proIet do loi a va nt son adoption tinale, inevitable, par la maiorite coriserva» trice.

Selon les leaders par— lementaires de detu partis

REERa bien qui REERa 1e dermer...

TORONTO (PC) Des milliers de Canadiens qui tentent désespe’ré- merit de joindre les deux bouts ne peuvent que regarder voguer le paquebot des REER, sans aucun espoir de monter un jour a bord. Seton un sondage du Trust Royal, le fosse ne cesse de se creu- ser entre ceux qui cotisenl au regi— me enregistre d’épargne-retraile

(RLER) et ( eux qui ne le fontvas

Ces sondage annuel est le cin- quieme du genre ll re’vele que les gens (Edi peuvent se le permetlre contri ueront de facon exception- nelle au regime cette annee. Quel- que 50% des gens sondes affirment vouloir cotiser au regime en 95, en 1994 et a 35% en 1993, et la contribution moyenne atteindra 4049 S plutot que les 3688 $ prévus l’an dernier.

On note toutefois que 41% des

comparativement a 40%

d' op iosition, Dave Cooke (NH )et Jim Bradley (l’arti Liberal), il s’agit d’une \‘lt'- toire « pour la deniocratie parlementaire». «Le mes—

i Une marche des fernmes pour «du pain et des roses» en Ontario?

le 6 dic,embre IoIIrnII Iomrnemoiative du m IssIII re de l’licole l’olyteclinit Ire II N‘lontreal, une centaine de groupes do fenimes de l’( )nlario ont accuse le gou— vernentenl do Mike l larns de se comporter conime un batteur de femrnes el d'encouraIu'r, par ses politIIIues et son attitude, la Vlttit'llt t’ H)llil1’ les funnies.

«Le Igouvernemenl l larI‘Is terrne lts I'eux sur la viI» lence contre les termites», a declare H‘unera 'l'hobani, la Presidenle du Coiniti- canadien d'action pour le statut de la femme ((‘CAi. «ll met en place un systbine et des‘ conditions IIIIi tau Irisent l'I’InIergence de la Violence», a anute liileen Morrow, presidi'rite de l'Association dos maisons d’hetx-rpement pour femmes.

«ll manifesto les sI'InptI‘Imes clas>iques do l'epoux abusif dans sa tacon de lraiter les ()Iitariennes‘», a rencheri Lea (‘assolmair du Syndicat dos I-niployes de la tonction ‘llbiitIth‘ de l'Ontario (Sltlil’O).

'une nIaIclie similaire a (t'llt' appellee «Du ain et dis roses», au QIII'beI l'an dernier figun parmi ils options retenues par les groupes dc. iemmes'. - S.

[fidee L

Irrealités Virtuelies

sage est le suivant: Ie n est pas parce qu ils ont obtenu 45% du vote et 82 sieges lors‘ de la derniere election que les conservateurs de Mike Harris peu vent mepriser l’opinion publi- que et perd re leur respect pour le peuple. On ne peut pas agir de facon dictatov riale et arrogante dans une societe democratique», a declare Dave Cooke. l.’opposition a aussi ga- gne ce qu’elle voulait: faire connaitre le proIet de loi 2b. lit le mouvement d’opposi- tiori grandit : apres les syn- ditIuIEs des secteurs public

et parapublit, les groupes féministes, les personnes ages I-t les gmupes sociaux adversaires traditionnels des Conservateurs - méde cins et professeurs ont denonce le proiet de loi.

l Assoctation médicale de 1 Ontario, qui représente 23 000 medecins, a méme menace de recourir a des ralentissements de travail si le proIet de loi, qu elle qua-

lifie «d extreme» était adopté tel quel . En plus de fermer des ho itaux et de dicter aux megecins ou ils peuvent pratiquer, le projet de loi 26 permet au gou- vernement de saisir des dossiers médicaux de pa- tients, un geste qui inquiéte hautement le commissaire ontarien a la vie privée, M. 'l'om Wri ht.

La Fe ération des ensei- gnants, qui représente 19000 profs, a revelé de son cote que le proIet de loi per- meltait au gouvernement d’abolir des conseils sco— laires. «Le gouvernement ne respecte pas les prin- cipes t t‘ derinicratie mini- maux que nous enselgnons [1 nos etudiants», a lance le

resident de la federation,

. Ronald Robert.

Rappelons que le pro'Iet de loi 2o vise [I permettre au gouvemenient Ham's de mettre en oeuvre rapide— ment les compressions budpetaires de 6 milliards $ qu ’il a annoncees recem- merit.

ll porte un titre d’une longueur inusitée : Loi visrmt Ii realism des e’co- nomics budge’taires e! [I fu- von'srr la prospéritr‘ écono- nomique par la restructure- tion, In rationalisation ct l'efficiencr' dn secteur pu- blic et visunt 1‘1 mettre en oeuvre d’autrcs aspects du programme (‘conomique du gouvr’mmnmt.

Canadiens n’ont Iamais rien verse dans un REER. Et 47% disent craiw dre ne pas avoir assez d’argent pour vivre lorsque sonnera l’heure de la retraite.

’l”A$ 9A5 piui vs FA'IIZE Le awe; .7/

L'aide I'enfance

Les demandes 5e font pnessaotes,

les services plus Panes.

\

Dee: families sont au bond do désespoin

Ie ieudi 14 décembre

53: «iii-

lI‘lI'VIIIIIIII I Ontario/Outaouais