(fill! FRANC-M)

TORONTO-PARIS

NON STOP rous LES .rouns RESERVATIONS; '1-800-667—2747 \ )

'i'ortomo. 21' ANNl-LL NUMERQ 6 7 ft

PRO l’A'l‘RlA SAlil’L: PRO LlBlzR'lA’l'li SLMI’LR.

L’EXPR

HEBDOMADAIRE » if/D’ACTUALITE NATIONALE

srammrfiii UN) is": r‘éi/Rrritiwo

root '3'

L .

Texte: FRANCIS KIRSCH

Photos: ROBERT-GUY DESPAT IE

C'est sous la neige et par une temperature momen- tanément plus Clemente ue s’est déroulé, samedi dernier, le lancement du lbe carnaval «Joie de Vivre» du Cercle de l’Ami— tie, qui regroupe les tran- cophones de la région de l’eel, a l'ouest de Toronto. Une centaine de partici- pants s’etaient donné ren— dez-vous au parc Cage, situé en face de l’hotel de ville de Brampton le rnaire l’eter Robertson ainsi que les utés provinciaux

~dessus: l'équipe des Olympians au parc Gage. gauche: Carole cote-Gottwald. de I'équipe des Jupes. Ci-dessous: Des membres do Nauveau Theatre d'Decasion.

ont donné, a l’invitation des organisateurs, le coup d’envoi d’un carnaval qui, de uis quelques années, est of iciellement devenu, par proclamation du conseil

municipal, «La semaine francophone a Brampton». On s’est ensuite rendu a l’ecole Stejeanne-d'Arc of; se démulait, durant toute la fin de semaine, la premiere

sén'e des activiles. Des )eiix, du bricolage pour les en- fants‘, le 5 >ectacle de Steeve Diamond, un jeune chan- teur-imitateur du Quebec et une dans'e ont été au tin»

Cl-dessus: (a 9., de ti. en h.)

to maire Peter Robertson;

les députes Tony Clement et Joe Splna; (a it, de l). en h.)

le president du Cercle. Raymond Tanguay; te Gentllllomme 95, Philippe Degagne; le president on earnaval 96, Eric core;

la mascotte Grenaval; (au centre) Ia relne 95. Joanne Gannon.

gramme de cette premiere lournee du carnaval.

Le brunch canadien du dimanche a accueilli envi~ ron 250 personnes, L ui ont a \plaudi la cliorale des « ive la jute». De nouvelles competitions ont cloture la fin de semaine.

D'autres actii'ites soiit prevues iusqu’au samedr l7 te\'n'er. Renseignements' (905) 56—06% a u (fercle de l’Amitié.

Tony lenient et joe Spina

Une télésérie canado; franco-smsse

sur la tragedie du Temple solaire

GRANBY (PC) La tragédie de l’Ordre du Temple solaire, qui a cofité la vie a plus de 50 person- nes en Suisse, en France et au Canada, fera l’objet d’une télé- série, sur laquelle les sce‘naristes québécois Guy Fournier et Michel Langlois travaillent depuis un an.

Coproduite par les Produc- tions du Verseau, la télévision suisse-romande et un produc- teur francais «qui peut encore changer», la série encore sans titre sera présentée a la télé eu- ropéenne sous forme de deux «longs métrages» d’une cen- taine de minutes. Chez nous, Radio-Canada la diffusera en novembre en quatre tranches hebdomadaires d'une heure.

Le toumage devrait débuter ce printemps au Canada, en France et en Suisse. Ni le réali- sateur, ni les principaux comé- diens ne sont connus pour l’heure, mais pour incamer Luc )ouret et Joseph Di Mambro, les deux leaders de la secte, on son e a de tres gros canons.

s’a ' a d'une reconstitution dramatique axée sur une dou- zaine de personnages, offrant un condensé psychologique des «vraies» victimes. «Michel et moi, on s’est dit : on va essayer de se mettre dans la peau de ce monde-la, et voir ce qui nous amenerait a suivre dans l'éter- nité des gars comme Jouret et Di Mambro. Pour l’instant, il y a deux personnes qui ont lu le texte : un professeur de Milan 5 'alisé dans les sectes, et une fille de l’OTS. Les deux nous ont dit : ca ne peut pas s’étre passe autrement que ca!»

Selon l’auteur, «60%de l’in— formation» vient de cette jolie femme dans la trentaine, Francaise, qui se cache au Quebec. «Elle faisait partie des intimes de Di Mambro et elle a tres, tres peur», raconte Guy Fournier. «Elle a échappé au massacre parce qu’elle n’avait pas pu se rendre sur place.»

Stéphane Dion veut des suggestions

OTTAWA (PC) Le nouveau ministre federal des Affaires in- ter ouvemementales et principal enseur de l’unité canadienne, Stéphane Dion, souhaite con— naitre les solutions pronées par les Canadiens pour garder le pays uni.

«Si des gens ont des idees, si dos groupes se rassemblent pour aider le pays a survivre, écn'vez— moi s'il—vous-plait» a conlié le ministre dans une entrcvue a un

uotidien d'Ottawa. «Je cherche fies gens qui pensent Canadien mais qui sont solidement enraci- nés dans leur region».

On peut faire arvenir une télécopie au minrstre Dion au 613—943-8377, ou lui écrire a l’Jdresse suivante: Bureau du

7résident du Conseil prive de la lleine, Ottawa, Ontario, KIA 1K2.

-— -J an.

‘1 ET INTERNATIONALE,

ll)l l llllt: Jl-AN ltll ltlil'

GRAVEL TREND (416) 922-79;

ARRE‘TEZ DE REVER, FAITES VOS BAGAGES! Mexique, République Dominicaine, Costa Rica ou bien une croisiére dans les Antilles

Economisez $$$

".\/v\l<l.l)ll\’l( lllllt.

en réservant aujourd’hui k _J

l it \\(,’( )lK BI'RGLRON.

La N uit sur l’Etang a Sudbury

«Saisis ta

place»

an 23e «Woodstock franco-ontanne»

TORONTO (L’Express) ()n risque d'en voir de toutes les couleurs cette année a la 23' Nuit sur l'Etang, le super festival de musique franco-ontarien qui se démulera a Sudbury le 2 mars, sur le theme «Saisis ta place».

(.‘orrnoran, Kit—Kit Brisset 'a marade, Les l5reres a ch'\ al, \X'at‘ t'l les Voyous, ainsi que le gagnant kill concours La Brunante a la SRC. Maitre de cerernonie, Francois le- mieux assurera la transition r-nlre les pertormances et Natalie lx‘u lianl l'animalion.

Une promotion Diligir‘uile till groupe Brasse-Caniarade tera évenement. Aux premiers a mm a la billetterie, on ottrira rrne topic de leur plus recent Cl) I’rr‘rrccss‘c dcs Buyous . Du iamais vu dans Ie monde du spectacle tr‘ant‘o—on- tarien. Le disque est no d’un partt» nariat entre la SRC, le Reseau Colle- rial, la Fondation franeo~ontarienne, 'Assemblée des Centres cultur‘els de l'Ontario et les disques‘ Me- gawatt.

lit puis il y a les deux :r‘ands prix qui seront rernis lors tie cette reunion. l’rernieremerit, le Pl'lV de La Nuit sur l'litani; pour le groupe ou l'artiste de la nnee. (Be prix a ete r'emis l'annee derriiere a l‘aulerrr‘in‘ terprt‘rte-cmnpositeu r Jean-Guy "Chuck” labelle, qui succedait ainsi au groupe Brasse-Camarade.

\"ous etes un artiste ou groupe tranco-ontarien oeuvrant dans le domaine de la mirsrque en trancais.‘ \l‘US vous étes illustre sur la stene

”V it» ‘5

Les lecteurs de Spirou connaissent les démélés du héros avec le Zorgtub, savant tou qui veut conquérir le monde avec ses zombis hypnotisés. Ailleurs. Ie symbole du Z est plutot associé au justlcier Zorro. Mais a Toronto, c'est l'éditeur révisionniste allemand Ernst Zfindel qui dispute 2 la chaine de magazins a rayons Zellers le monopole de la lettre Z, ici aux couleurs du nazisme.

Son site Internet est le lieu et l'objet de débats passionnés. A LIRE EN PAGE 5.

JEAN-FRANCOIS BEAUDRY

L'Express

Les emissions francophones des radios univer- sitaires et communautaires de Toronto restent un secret hop bien garde’. Qui sait que CIUT 89,5 FM pre’sente trots emissions francophones le dimanche et que CKLN 88,1 FM reserve le jeudi soir (22 h) aux francophones de la ville? L’Exprcss a rencontré l’équrpe de Branche-Toi (dimanche 16 11), mi show culture! de CIUT.

Qui dit radio communautaire dit amateurs,

mais qui dit amateurs ne dit pas nécessairement amateurisme. On a plutot l’impression que Branche-toi est ce que la radio devrait étre a l’ere de l'image: plus libre, plus osée. Rafraichiss‘ante, t U0]. 1 Aujound’hui animée par Cécilia Cormier, Do- minique Joly, Jean-Louis Pecci et Benoit legault, l’émission est un u considérée par ses anima— teurs comme un e’ritage de Serge Jacob, qui a tenu la barre de Branchc—toi a ses debut.

Vous y retrouverez ce que vous n’entendrez pas ailleurs. «On peut faire iouer Axelle Red ou méme Celine Dion, mais ce serait des piéces moins connues. le plus souvent, on diffuse des artistes relativement alternatifs explique Benoit l ault, qui anime alement une emission de mc francophone a C [N et collabore occasion- nellement a L’E xpress.

Les radios-communautaires francophones cle Toronto: *- un secret trop blen garde!

5, «rain

Les animateurs Benoit Legault, Jean-Louis Peccl at Cécilla Cormler.

«On donne priorité aux femmes, aux sans- voix, ceux qui mduisent des textes pmgressifs. C'cst «political y correct» dans le sens le plus no- ble du terme. Avis, toutefois, a ceux qui sont al— lergiques a la spontanéité: elle est l’essence méme de la radio communautaire.

L'équipe de Branche-toi se reunit environ une heure avant l’entrée en onde. Chaque mem- bre a son materiel prét. On sort la feuille de mute et c'est parti! Tout ce qui s’est passe ou est a venir dans le monde culturel, social ou sportif

l

(Suite en page 5)

Mai

provinciale, nationali , \roil‘e interna- tionale durant l am.ee l995? Vous etes' peut—étre le pr‘ocliain lauréat!

Aussi, pour la quator/iéme année consecutive, le Conseil’ d 'adminis- tration de la Nuit sur l'Ftang remet- tra Le l’rix du Nouvel-Ontario. Ce prix d'exellence on arts et en lettres vient souligner une contribution signitir‘ative dans le domaine de la creation artistiquc de tous enres. l’arrni les laureats passes: iéléne (travel, l’aulvFrancois Sylvestre, Le l’ere liernarid Dorais‘, lean-Marc Dalpé, etc. Yorrs l'aure/ remarqué, ca manque de l‘orontors; mais ur' avoir la chance de l'emporter, i taut s'rns‘erirel

l es gagnants seront annoncés

lors‘ du gala de la nuit sur l’Etang le l" mam ll est trop tard pour s’ins— m're comme participant ou membre du iury, alors allez féter a Sudbury ct preparez votre candidature pour l’annee prochaine.

3 JHaro sur gTrudeau _rLe «lap L jdancin » n’est 'm inof ensif ni tolerable

—————————PAGE3 2 .rHommage

i \ gaOmw

i Des lauriers

PAGE 4

l JMor , , cnorm

PAGE6 .rMusrque sans frontreres ——-—-—————————— PAGE 7 {J Une version abré ée des . Ren ez-vous du : cine’ma quetie’cois ; a Toronto '

1

—————-—-——————PAGES JSnobelen au College

5 2 l des Grands Lacs ———————-——-——-PAGE9 j

b a