rAll. FRANC-l/I

TORONTO-PARIS

NON STOP rnus LES JOURS

RESERVATIONS: 1 800 667-2747 L _/

’i‘oiiorvro. 21' assu; {\‘UMLRO 38

PRO l’Al'RlA SAl‘l’lz; l’RO LIN-,RlA ll. .\l:Ml’L-R.

L’ EXP

HEBDOMADAIRE

4-

Enseignants—guides, partenariats, rattrapage, cours pré aratoires aux niveaux superieurs...

I

ntario veut

remodeler 1e secondalre

TORONTO (L’Express) L'On— tario prépare une réforme en pro- fondeur de son enseignement se- condaire. Un document, intitulé L’excellence en education, résume les intentions du gouvernement, qui veut de l’action, semble-t-il: «Nous avons fait suffisamment d’études sur la question». Hormis les coupures budgétaires et l’aboli— tion de la demiere année du secon- daire, dont il a été fait grand cas récemment, le gouvemement on- tarien mise sur d’autres mesures. Ainsi, les cours de niveau secon— daire se présenteront desormais en quatre *roupes: 1‘" some dts cours obligatoires pour tous les eleves; 2) la preparation des jeunes a la lupart des programmes colle’giaux, a des programmes deformation professionnelle ainsi qu a l’entree sur le ma rche d u travail; 3‘) in preparation a l'universite et au collegial; 4‘) des cours de rattrapage, (Elli {per— mettront aux etudiants de a L eu- xieme serie de se reorienter vers la troisieme.

Le Vin l francals a

l’honneur a la LCBOr

La LCBO (Régie des alcools de l’Ontario) a le don d’attirer les

journalistes: qu’on leur pro- , mette une dégustation de vins et l de mets fins, ils accoureront l

comme des mouches!

lie18 septembre, ces follicu- laires, comme les appelait Voltaire, ont pu se delecter a souhait: l’organisme gouverne— mental inaugurait sa promotion French Accents, qui met en valeur ses produits francais jusqu’au 12 octobre.

Dans le cadre de cet événe- ment, la LCBO accorde l'avant- scene a 65 vins de l’llexagone, provenant de 17 foumisseurs dif- férents. Un fascicule contenant quelques recettes avec sugges— tions de vins pour les accompa- gner est mis gratuitement a la disposition des consommateurs.

Ces derniers trouveront sans doute de plus en plus facile de jouer les sommeliers en herbe, puisqu’on a de plus en plus ten- dance a identifier les vins par le nom du raisin dcrnt ils sont tires plutot que par leur region d’ori- gine.

Les vins trancais occupent le deuxieme rang apres ceux de l’Ontario dans le chiftre d'af- faires de la LCBO. Les ventes des produits du Languedoc, notam- ment, ont augmenté de 34% l’an demier.

c.7W»,..,_, ,fi . ,7 ,m,‘ , e _,“,

l,e document pretend ainsi a alus de flexibilite, permettant a l'eleve de clioisir ses cours en fonc- tion de son orientation, en plus de lui ouvrir l’acces a une série supén'eure moyennant reussite a un nivea u intermdliaiie.

On entend égalcment etablir un programme de reconnaissance des acquis; un eleve pourra ainsi etre dispense de suivre u n eours s'il reussit a prouver qu'il peut s’en passer. l.e document souligne qu'une telle mesure facilitera, enti'e a Litres, le retour aux eludes des adultes.

Autre nouveaute: la province en~ tend elablir un systeme d’en- seiignants—guides, au sein duquel cliaque professeur agira a litre de 0 in seiller aupres d'un groupe d’etu- i‘l.il‘.i5, «rencontrant frequemment chaque eleve et se reunissant a in— iervalles reguliers a vec les pa rents)»

l.e gouvernement entend egale— uient produire des releves de notes ‘lus prr’x‘i», qui indiqueront «loates les tentatives faites par l'eleve pour reussir un cours et les resu tats obtenus en plus de la note tinale». On iustifie cette mesure par la volonte des colleges et universites de mieux evaluer les candidals

De plus, sans toulefois preciser les' moyens concrets par lesquels on alteindra on tel but, le document in- dique qu'on renforcera les partena- rials entre les ecoles su‘ondaires, les colleges, les universites, les entre— prises, les parents et le milieu com- munautaim

limin, il reste trois points maieurs sur lesquels le gouvernement doit se prononcer, indique—t~on: la fonc— tion de la ‘? annee dans le nouveau regime d’etudts; le txmrcenlage des cours devant otre oliligatoires el lesquels; et le role des e\amens provmcraux.

\l\1A\l\l I)” .74 All 50 Sl-l’l l:.\ll$Rl{ 1996

D’ACTUALITE NATIONALE

l.()()$

.3,

’animal nomade

YANICK DUCHESNE

L'Express

«Je voulais travailler sur moi‘ méme», mentionne Charles l’achter. Au tournant de la cinquantaine, le peintre torontois avait l’impression de se répéter. En 1993, il passe le premier d’une série d’hivers a South Beach, Miami. De ces séiours, il raméne plusieurs tableaux, affichés a la galerie de l’Alliance francaise jusqu’au 14 octobre, dans le cadre d’une exposition baptisée La Trunslmmance.

v iamwwn u.

N} a Toronto on 1942, au sein d’une famille de la classe inowrnne, l’achter demontre assez tot des dispositions pour l'art. (fe que vovant, ses parents le mettent

m1 awry A

owner”,

Les derniers tableaux de Charl

«v— .X~vh¢uibvr~~‘1: *-'

au piano et a la peinture. «lls avaient bien vu que ie n'etais pas comme les auti‘es Au lieu rl'allei‘ iouer au liOt'lu‘V dans la rue, ie dessinais »»

a ~.£~.vfl la. .1.

es Pachter a I’Alliance an

“fif‘

g.‘...—-IIJ

ET INTERNATIONALE

l [H l l UR: ll AN‘l’ll RRlv MAZARL l)lRl (fl 1 UR

Dix «a-

Le temps passe, mais la voca- tion demeure: en Noll, il oursuit ses‘ etudes a l'Université d}:- Toron- to, touiours en arts. 8a troisiobme annee, il la fail a l’aris, a l'Academie de la (irande Chau- miere, quartier Montpa rnasser

«J'avais l9 ans {1 l'epoque Je donnais dans l’imprcssionnisme, je m’amusais». [in effet, ses‘ premiers coups do pinceau ne s’embar— rassent pas de discipline l€t que je te tais une ligne comme ei, et que ie to per ns ceCI comme can,

(Suite en page 1Q

Piusieurs milliers de personnes, surtout des parents avec de jeunes entants. ont participé, samedi, a la Journée «portes-ouvertes» de TVO et de TFO, devenue une tradition annueile. Pour la premiere tors. la rue Yonge a été fermée a la circulation automobile au sud d’Eglinton, en face du télédiffuseur public ontarien. On pouvait visiter les studios. assister a des spectacles, flatter des animaux, jouer du tambour, et rencontrer nos vedettes, de Frimousse (A la Claire Fontaine) 2 Marie Turgeon (Volt).

. Dix artistes francophones seront de la partie Le Third Rall Festlval: une explosmn d’arts Visuels

TORONTO (L’l-prress) - Dix artistes du groupe francophone BRAVO (Bu- reau du regroupement des artistes en arts visuels de l’Ontan'o) participeront au festival d'arts visuels Third Rail, les 28 et 29 septembre prochains, dans les entre- péts du quartier King-Duf- ferin.

(”est 73 artistes en tout qui om'riront leu rs portes au grand public, les di\ membres de BRAVO e\- poseronl leurs oeuvres au 0, rue l lannah, dans une \'lt‘lllt‘ et gigantesque usine desaltectee, qui a servi a la fabrication de munitions lors de la Heuxieme ( iuerre montliale.

l'eintures. photos, sculp- position n'oublie rien. A ’attiche egalement, un vi-

tures, dessrm, video», l.’ex-

Cinq membres de BR

J4

sionnement de courts me— trages, qui aura lieu le 28

_ _ . AVO qui participeront au Third Rail: Nicole Rivelli, Dominique Leroy-Prince. Paul Walty, Catherine Blackburn, Micheline Montgomery

septemlire a 2“ ll a la brasserie l'pper Canada au

2 Atlantic avenue.

lies organisateurs n’ont pas oublie les enfants qui pourront participer a la creation d'une vaste murale, sur la rue Atlantic egale— ment, iuste au sud de liber- ty.

Le festival sera inaugure le 26 septembre, lors d'une soirée qui s’etendra de 18 h a minuit, sur fond de musique bresilienne, au 77 avenue Mowat.

Fait exceptionnel a Toronto: les activites du fes- tival sont gratuites

lz’s‘ lililmicnls alinllml Ie ft‘s- (real son! lous silm‘s i'nlre Hmirmh el I )uttcrm, el llll sud dc King. Pour plus d'mferma‘ lions, lcleplioner ml (-116) 588~ 361i).

m. w” 9”qu. «a

caise ;‘

flimvrns DEFENCE‘

, TEAM Vas delenseurs en cas de: 0 Eacultés atlaiblies - Négligence _ I HA - Excés de vilesse _

o Hecauvrement 4— CAUSE PERDUE = RIEN A PAYER! (416) 638-9373

k toronto - Montreal

0 Elli d‘ébriété Eviter les hausses de primes d'assurance!

#1

ll<.\\(. ( )l‘» ltl-RGI‘RON

Tournoi de hockey francophone a Brampton:

32 e’quipes, et on en veut encore!

TORONTO (L’Expressl - Avis aux amateurs de hockey: la «Connexion francaise» dc Brampton organise le premier toumoi de hockey franco- phone de l'Ontario. Cet éve’nement aura lieu les 6, 7 et 8 décembre 1996 au South Fletcher's Sportsplex a Brampton.

l’ar l’entremise de ce tournoi an- nuel, l’oiganisation constitut’v par M. l’aul Gauthier veut mettre sur pied une fondation qui sera en mesumde contnbuer au tinancement des ecoles de langue francaise de la region, ce qui pemiettra d'aclieter dts equich ments sportits et de creer des pro— grammes do culture physique.

Dans le but d'assurer la reussite du proiet, M. Gauthier compte sur l’appui (financier ou autre) de la Com- munaute francophone, afin d'assurer l'epanouiss‘ement de la ieunesse.

Le tou moi comprendra non seulcs menl des ‘rarties de hockey, mais aus- si une foule d'autres activites qui per— mettront aux participants de frater- niser: tournois de cartes, de billard, danses, ba r”.

lL'S organimteurs cherclient egale ment un onhrstre pour agrementer le tout. l es iiidividus doues pour la musique n'ont qu'a contacter les nes- ponmliles.

N’lentionnons que 32 equipes sont den inscrites au toumoi, et que les groupes desireux d'y prendre part nTJlS qui nC 5C $0th PJ“ llt'ttrt' llLllll‘ festes ont jusqu’au 30 octolin- pour le fairer On s’attend a tilslrll‘tlt r un total de 9 000 S en prix.

Pour plus d'inliimmlh'vis qmml aux Inaialilels d'mserlpllun ou pour foul aulre rr’risr‘igrlemml, it’lrjilzoner All! C err ’e do I'umrtic', (905) 456-0606.

Rediscuter

de reforme constitutionnelle? -—————-——.———— RACE 2 J Le Patrunome ofer le tiers des fonds demande’s par l’ACFO ———————-—— PAGE 3 wlUn centre pour

victimes de torture -———————-——— PAGE 4

.i Belglque: crise de confiance face

a la corruption de la justice

-—-——-——————-—PAGE 5

MOTS, CROISES

———~——————-—’— PAGE6 .1 L4 rentree de Gamsbourg

PAGE 7

, lllllllllllll ’8

Les chefs defile du monde desaffairescsee item (‘1 nouspgur

C'est one question de confiance. Les entrepnses qui reussissent dans plusieurs domaines d’affaires se tournent vers Kelly pour une assistance et une expertise professuonnelles correspondant a leurs exngences précises et uniques en matiere de dotation Etant eux-mémes chefs defile, nos clients

savent que, grace a la recherche incessante de la qualité dont témoignent nos nombreuses realisations, nous serons a la hauteur de leurs propres normes d’excellence.

trouver lepersonnel qu’il leur fautporcteursbesoins en dentin,

Pour l'équité en maticre dt‘nrplor

LES SERVICES