12 . L'EXPRESS Semaine du 10 au 16 aofit 2004

Benon Legaun

BON N ES NOTES

Anguilla et son Initel Cap Iuluca plus facile a atteimlre grace a Air Canada

A partir du 18 decembre, Air Canada ettectuera des \ols directs hebdomadain's depuis Toronto sur Sint \taarten, qui est la porte d’en- tree du petit paradis qu'est I'ile d';\nguilla (a 7 minutes en avion ou 20 minutes en terry de Sint Maarten),

Il est a noter que Ie Cap Iuluca, on hotel d'AnguiIIa, a ete vote “Meilleur hotel des Cara'ibes, des Bermudes et des Bahamas» par Ies lecteurs du maga7ine Travel (4 leisure en 2003 et en 2004. Cap Iuluca est un petit centre de ville— giature de tres grand que. Les curieux peuvent en savoir plus au tel. 26449745779 et sur le site www.capiuIucaconi

Comme nous Ie mentionnions dans l.'l_'.\'press du 13 juiIIet, Anguilla vient d'ouvrir un bureau touristique a Ioronto (situe au bureau 400 du 33 llazelton Avenue, tel, silo-92.19813 ou 1-877—162—6484, wwwgoanguiIla.com).

Le Killamey Lodge an coeur du parc Algonquin II v a trois lodges, genre d'auberges mstiques dans Ie parc Algonquin. I'ai eu Ia chance de Nasser un week- end au Killamev Lodge, situe en plein milieu du parc, devant Ie Lake of Two Rivers. Lne vraie chance, car nos cabines 25 et 2h donnaient directement sur Ie meilleur site de peche (achigans a petite bouche) du coin Ce qui permettait en prime de

EXPLQRATlQN Notes de voyages

Vue d'Anguilla.

voir et d’entendre plus‘ieurs huards... qui sont de grands pecheurs.

Le toit de notre balcon abritait en outie un nid de iolis oiseaux.

Bret, c’était un petit paradis, pm pre et discret, au coeur de la forét.

Les prix - de 138 a 198 $ par per- sonne par jour (ce qui comprend trois copieux repas par jour), selon la saison ont de uoi faire sur— sauter, mais la loca isation et les prestations justifient Ies prixi

Et Ies canots sont gratuits.

Deux bémols toutefois: Ie Killamey Lodge est trop proche de I’autoroute bu qu’on entend partois, et 1e service du restaurant est par» fois brusque et approximatit.

C'est probablement parce que Ies serveurs ne recoivent pas de pour; boires directement. lnfos: tel. 70546335551 et www,killameyltxilgeicom.

» éducotion

Plus do dix onnées

'expc’nicuce

» Communicoltion

» Production télévisuelle » Production multimédio » Formation 6: distance

Consulting

http://uuuui.hlronsultingnet

1A mu Mn N orsriNA'i IUN (iAS'I noNoMioin FRANCAISI l)l"l()l{()N'i()

CUISINE RAFHNEE. nmsss. BAR. GRILLADES ET SALON. sun 1A RUE KING A oyuoyiss PAS DU ROYALALEX novmousou HALL SKYDOME ET DU mats DES contents

. Manuel's ~ 416-591-0600 Luau-vow nédum ct importer par une Atmosphere Erupts! nuflwnfique ct 11mm.

Le Saint-Thorn at u Muse ~ “6891-36“ ,Vmptoponunmenu median-neon mmpngnédemudqm style cabaret tous lea um

Zazou ~ 416-591-0015 Unulondnlcumxetmpoantmxdouxmdohu. cockuihdiioetélégnnu,hon-d'mfimetdéfld¢ux.

(ill\ I RI IUIIS IIS l()lIR\ DI IIIIt0 I1U MAI‘IN AiMINiiI I 113 rue king ()uest, Imonto MS\" ”'5 ientre Ies rues Iohn ei l'etei)

iwww MARt'I 1 storm

Photo Ottice de tounsme d‘Anguna au Canada

A NOTER

Aller au pare Algonquin, cote jardm AIIer et revenir du parc Algonquin n'est pas chose facile Ies weekends

d'ete, alors c He Ies autoroutes 400 et II sont de Iongues e\tensions do iiatit torontois.

Ewe iendre a Algonquin, cote iardui, c'est de prendre Ia tranquille autoioute 404 (prolongenient du |)on \aIIev I’ailcu‘axi iusqu'a \ewmarket. I5nsuite piendre Ia route VI I‘st, la 48 Noni, Ia I2 \iortl, la 48 I st et la 1‘3 Noid iusqu'a Ia o0 qui niene au parc

("a semble complique niais regarde/ une carte, c'est tres simple I e but est de contourner Ie lac Simcoe par I‘list. [In traiet plus simi ple» mais un peu plus long est de prend re Ia route 7 list et la Vi \‘ord jusqu'a la 60. S'il n'v a pas de t‘ll‘t'tk Iation, Ia 400 et la 11 permettent de rouIer une vingtaine de kilometres de moins sur des routes pIus rapt des Mais circulation i] v a‘

De plus, Ia Vi Nord ten partit 11* her) vous reser\ e des pa) sages tvpit uement nord ontariens tIacs qui t onnent sur des falaises de roci t ui prolongent I'encliantement cl'un \veeIs-end de repos. 0C 'l‘ranspo depm's l'aeropurt

et In gare il’Ottawn I'eu‘ellent (t'l frequent) service tle transport en commun d't Mama Carleton (DC Iranspoi permel

d'aller rapidement de la gare fer— roviaire (par Ie bus ”5) et de l'aero port (par Ie bus U7) au tentre—ville pour seuIement 250 “Is

llulle exercice et soleil

mi centre rle Quebec I'Iiotel Ilolidav Inn Selett de Quebec ten ldt e de la grande biblio‘ theque tialirieIIe-Rov, dans Ie desormais dvnamique secteur HamtRoch) n'a rien d'extraordi- naire, sauf' sa grande piscine Interieure, son gvmnase et sa teri rasse esterieure qu'on peut utiliser pour 8 “5', meme si on ne seiourne pas a I'htiiel.

l.e Hilton Quebec a des installaa tions tres superieures, mais iI taut debourser 20 “f, pour en protiter sans v seioumeit

Pas il’lnterar pour

les billets Express de VIA Ies nouvelles bornes Billets [ix iress de VIA sont des billetteries Iibrev serx ice electroniques. IiIIes permet— tent d'imprimer des billets resen'es sur Internet et d’acheter des billets sans passer par la file d'attente de la billelerie

A noter toutefois que seules Ies cartes de credit sont acce itees tomme mode de paiement. l.autre

iour, i'ai vu un jeune passager en retard qui a presque esplose quand 1I s’est apercu qu’il ne pouvait aclieter de billet par Interac In file d'attente etait Ioiigue et iI tomptait sur Billet Impress pour ne pas nian- quer son train

MAUVAISES NOTES

Le lierlingot de la” a 1,75 $ dans les trains VIA lies prix des alirnents ont augmente Ie mois dernier pour les passa yers de la classe econoniique de VIA ail iof’titiellement nominee class'e (onfort).

I.es sandwichs coutent 4,25 3%, ce qui est acceptable, mais Ies boissons non alcixilisees coutent 1,75 3; ce ui semble excessif, surtout pour ties tamilles. La fait beaucoup pour un berlingot de Ian ou une bouteille d'eau,

Pas de sandwichs sur Ietsgo

I'ai pris un vol Ietsgo de Charlottetown a l'oronto recent» ment. I’revu pour 11 h ~10, Ie vol est parti presc ue une heure plus tard, sans que es voyageurs ne soient avertis de rien Devenu «otagen de la salle d 'embarquement, ie no pou- vais plus aclieter de nourriture, mais ie ct imptais sur les «sandwichs sur baguette» vendus (5 ‘5) sur les vols Ietsgo, ou iI n'v a pas de nour— riture gratuite. (‘atastrophe stoma» cale, a ucun sand wichs dans I’avionl

l.'agent de bord me dit «que ca arrive souvent». Vendre Ia bouffe, 0K, s’iI Ie taut, mais aucun sand— wiclis a I'Iieure d u lunch, c'est pas fort.

L’histoire de l’Afrique du Sud a travers une déferlante de musiques et de danses énergisantes

Elodie Martinez

Umoja, Spirit of Togetliemess, voici 1a nouveau spectacle qui fait mouche sur la scene torontoise: ruées de gens excités a I’entrée du Elgin Theatre, des billets qu’on s’arrache, des ovations montant de la salle entiérement debout chaque soir, et des spectateurs qui uittent la salle Ies yeux brillants, le ern‘ére remuant irrémédiablement. La comédie musicale sud-africaine se hisse tranquillement au rang de tranche réussite, elle a, en tous les cas, 1e mérite d’éclairer d’une cer— taine maniére l’histoire d’un pays marqué par l’op ression et la ségré- gation tout en iffusant une vague de bonne humeur et d’énergie.

(«Voici I'histoire de I'Afrique du Sud, I’histoire de mon peuple», introduit Ie narrateur. genre de grand maitre de ceremonie. S’enchainent alors une serie de danses tribales, pro- tondes et puissantes sur fond de per- cussions pretes a vous mettre en transe. II n'v a pas le choix, ceIa com- mence extrement fort et tout Ie monde embarque pour un voyage a travers I'histoire et la culture de I’Afrique du Sud, [at quarantaine de danseurs, musiciens, et chanteurs de la troupe ne Iaisse que peu de repit aux spectateurs Musiques et chants se succedent, t'aisant c eferler tantt‘it une énergie palpable et une physi- calite impressionnante, tantot des chants profonds accompa mant tout en finesse des danses sym oliques. Umuja possede egalement une facette educative. Les differentes tonnes do danses qui ialonnent I’his— toire des diffemntes communautes de la nation sud—africaine sont

présentc‘es et expliquées, Ainsi on comprend que la danse du serpent, passage superbe dont on garde un gout de trop peu, est hautement symbolique: une invocation et une célébration de la virginite d'une jeune fille. [A composition traverse

Les danses ribales d‘Umoia, protondes et puissantes, sur un fond de per-

‘J '.

cussions vibrantes, sont prétes a mettre le spectateur en transe. Photo Umoia

Ies epixiues en partant de ceIIe des tribus loulous. 4e tout est explique war des intermedes durant lesquels e narrateur iongle entre elements historiques, anecdotes, et petites blagues.

I,a piece s'organise autour de cinq epoques distinctes' Ies danses des tribus /.oulous; Ie ja// de Sophiatown et Ies sIIi'lu'eiIs, Ies cabarets illegain; Ie eniiil'oof, Ie gospel et enfin Ies clauses contempo raines a\ ec Ie "nu/Io et lepnntsulir [a premiere est rc'ellement impression~ nante et suftirait presque d'elle- meme a contenter Ie public. Ies danses sont asse/ courtes mais s'enr chainent bien, ce qui donne un bon rvthme. I.es choregraphes, Iodd I‘wala et 'I‘hembi Nvandemi, ont ioue sur des changements d'ener vie et sur cet indicible chose qui senilile \‘ibrer a travers Ies danseurs. (”est e\ \Iosif, vibrant et \oIore; tout Ll‘Id rehausse par de nombrem etfets d'ensenible et des ieLn de Iumiere interessants. la puissance degagee par Ies percussions iouees sur scene y contribue certainemenf granite» ment.

Certaines parties plus talnies

presentent autant d’interet grace a la qualite des voix des chants qui semblent monter du plus profond de I‘ame pour vous tordre I'es‘tomac et a la iuissance de certaines ima~ ges svmlioliques comme ceIIe des femmes dansant suavement tout en portant des seam d'eau sur la tete.

Ia sequence de Nttllll’t’iil, danse que Ies noirs travaillant dans Ies mines d 'or avaient developptk‘ pour communiquer dans Ies bovaux som» bres et humides alors qu’ils‘ n'a\ aient pas Ie droit de parIer, a de t uoi impressionnei: [in costumes t ’epixiue, combinaisons de travail nouees a la taiIle et hautes bottes en caoutchouc, Ies danseurs entament une danse que I'on pourrait qualifier de musicale, I.e mouvement cree Ie rvthme qui est martele par Ies bottes tandis que Ies mains Ie compliquent en trappant elIes aussi Ie caout— \ Iiouc. Repris par des danseurs pre— cis et parfaitement synchronises, cela Iaisse Ie coeur battant.

Ia prestation degage une foule d’energies positives, se pare de couleurs chatovantes et de sourires eclatants, mais'il ne taut pas oublier que ce sont Ies danses et Ies chants

cui sont pour la plupart nes sous [oppression leein, qui en Swahili signifie unite, a \‘isiblement choisi de presenter I’histoire sud—atricaine sous un angle positif, sans focaliser sur I'apartheid, a la recherche cer- tainement d’une reconciliation. (es artistes sud-atricains sont pour la plupart issus de communuates defa- vorisees et de terms/lips. Ies cieatri— Ces de la piece, Iodd ’I'witla et Thembi Nyandemi v ont developpe des activites artistiques atin de Lietoumer Ies jeunes de I'inactivite et de la violence, et nombreux en sont issus, Deuxieme as wect solidaire du proiet: une part ties recettes sera reversee a la fondation canadienne Nelson Mandela pour Ies entants sud—africains detavorisesi

C'est sous ce jour positit que ces artistes ont choisi de dansei leur pro pre histoire. (‘ertains peuvent trou— ver que Ies pages trop Iourdes sont un ieu gommees, meme si certains pro Iemes apparaissent pleinement comme dans la sequence sur les dompass ou l’on voit des policiers violenter des noirs q ui n'ont pas leur cartes d'identif'ication obligatoires a I'epoque.

l.a structuie txcidentale qui a ete adoptee pour permettre aux specta- teurs de comprend re I'histoire et Ies danses grace au\ intermedes narra- tifs, est au contraire un peu tmp lour— dement dessinee, l.e conteur, dont Ia ressemblance avec Nelson Mandela a ete forcee, tombe partois dans des ieux de mots et des caricatures laciIes. I es sequences parlees‘, de toute tacon trop Ion yLies, viennent couper I’elan estraorc inaire des pas- sages danses et chantes, Quanta cer- tains traits un peu caricatures 91 mon gout, ils fonctionnent apparemment pleinement. Le public semblait telle- ment conquis que la sortie s'est taite pour tous d’un petit pas balance, voire meme franc iement dehanche.

Limo/n est de toutes Ies tacons un spectacle a voir. On regrette juste ces petits defauts qui, ameliores, en auraient fait un biiou sans aucune restriction. Umoia, Spirit of Iogethemes‘s All New Theatre insulin“ 22 until 410.3%: 3553 on {mrte.mmVirtues/innitom

A .

dons Ie Woodbine Beach Park depuis I989 ((oxwell 8. lakeshore)

Al’iniérieur ou ii In terrasse : péfisseries moison, menu varié comprenant (dies Ievées, steaks, pales, pizza, sandwiches et super soludes, préporés par notre thel Ron St-leun. (hoix de plus de 20 bléres en tut! Statiomement grutuit.

Te’I. 416-694-8844 Traiteur 416-694-4599 boardwdcpub©beluehc¢

Ouvenpourlelunchdpartirde11HAM-souperetfindesoirée-7iourssur7-

. . s"

BMRWMV

v I

i

g r}: .,

TOUTE L'ANiiTE