Somclnos do 19 “comb" 2006 III I lunvlor 2007 . l’EXPRESS 0 5

Toronto vqu bien une messe!

(éle’brution du 10 détembre. SUITE DE LA UNE

Pourtant, afin de faire face a la de- sertion de certains fideles poten- tiels, tout est bon pour donner un nouveau souffle a la religion et atti— rer un public toujours plus vaste, La periode cles fetes permet ai nsi de re- lancer les pratiques religieuses, fa— \'orisées par l’esprit rassembleur de Noel,

Les messes pour enfants sont a l’honneur pour faire \‘enir les en- fants mais aussi leurs parents. “Le 24 décembre, nous organisons trois messes au cours de la iournee, souli» gne le pere Viateur Laurin, de la pa» roisse Assomption-de-Notre—Dame a Oshawa. A 19h aura lieu la messe pour enfants avec un langage sim- plifié et destine aux ieunes familles qui ont des jeunes enfants.»

La paroisse Sacre-Cteur de la rue Sherbourne joue sur le meme regis— trre, comme l’explique le pere l’aul- Emile Leduc. «Le 24 decembre a 17h, nous ferons une messe pour les enfants avec une petite liturgie qu’ils ont prepare. Nous avons fait une creche pour attirer du monde et nous offrirons des cadeaux aux en— fants qui se sont impliques diman- che prochain.»

Les eglises mettent donc les en- fants a l’honneur afin de raieu- nir la fréquentation des offices. A la paroisse Assomption-de—Notre— Dame, une messe animee par des adolescents et ieunes adultes cele- brera la veille de N06] 3 21h.

Loin de la traditionnelle mes- se de minuit pourtant toujours ce— lebrée, chaque église programme d’autres offices afin d’accueillir da- mntage de fideles mais aussi de proposer des celebrations pour chaque tranche de la population. Operation marketing ou non, le se: \‘ice religieux se transforme en \‘eri-

i.

la thorule de l'Eglise Unie a thanie' des (antiques en frontais et en onglais lors de la

5

table produit visant une categorie de la population.

D’autres eglises misent sur la demande francophone en matie- re religieuse et mettent en pla- ce des celebrations en francais. Le 10 décembre dernier, l’Eglise Unie Royal York Road a innové en orga- nisant un culte bilin ue de lectu- res et ca ntiques pour éter l’Avent et Notil. «L'Eglise Unie voit de lus en plus de sites ou un besoin ’offices en francais se fait ressentir, souli- gne David-Roger Gagnon de l’unité cles Ministeres en francais de l’Egli— se Unie. Aujourd’hui, nous faisons le défi d’étre encore plus presents et ouverts envers les francopho- nes car les demandes augmentent souvent.»

Depuis deux ans, l'Eglise Unie a effectue des recherches preliminai- res dans la région de Toronto afin de mieux connaitre la realite' fran- cophone et de batir des projets. «Au debut, nous proposerons des célé- brations bilingues mensuelles mais nous esperons par la suite en orga- niser toutes les semaines», explique David-Roger Gagnon.

Afin d'attirer plus de fideles trancophones au sein de l'Eglise Unie de Toronto, les cantiques ont ete chantés en francais et en an lais. l.a presence d’une pasteure, S eila Murray, qui a travaille au Quebec pendant plusieurs années, ne pou— \'ait etre qu’un plus pour les franco- phones encore hesitants.

Campagne de publicite ou ne’- cessite de relancer les cultes chré- tiens en Ontario, les églises offrent un large panel de celebrations pour Noel. A chacun donc de choisir sa messe de Noel selon son age ou ses attentes linguistiques, en esperant que ce rassemblement soit toujours un moment de partage et de foi.

llVRES

8. La Femme

les coups do «nor de notre chroniqueur

"Ill-FRANCOIS "WIS!!! paulfrantois©sympotico.ta

Au cours de l’année 2006, je vous ai présenté 65 ouvrages couvrant des genres littéraires aussi variés que e roman, la nouvelle, l’essai, la bio- graphie, la littérature jeunesse et le livre ou guide pratique. Le temps est venu de vous faire part de mes coups de creur parmi ces multiples lectures. Dans ce palmarés, 1e ro- man occupe de loin la premiere place, qu’il soit québécois ou fran- co-ontarien. Voici mes meilleures lectures pour L'Express en 2006.

1. Les Demoiselles aux allumet— tes, roman de Marie-Paule Villeneuve (VLB éditeur).

"litenioiselles allur'netlos

L’action se situe audébutduXX" siecle et se de— roule tour a tour dans une usine d’al- lumettes a Hull (Quebec) et dans une filature a Lowell (Massachusetts). ll s’agit a la fois d’une fresque histori- que et d’une intrigue romanesque,

L’auteure décrit avec brio la soc ié~ te’ canadienne-francaise des années 1910, entierement soumise aux dik— tats de l’Eglise catholique, dans le domaine séculier comme dans celui du syndicalisme.

2. Ainsi parle le Saigneur, roman de Claude Forand (Editions David).

Voici un polar qui garde le lecteur en haleine de la pre- miere a la dernie— re page. La police enquéte, ici, sur un tueur en série qui se prend pour un justicier, sur un psychopathe qui a perdu tout contact avec la réalité, sur un «saigneur» qui a cree un univers ou lui seul établit les regles du jeu.

L’écriture de Claude Forand est tantét saccadee, tantot colorée, tou- jou rs soignée.

3. Prodige nair, roman

de Francois Quérin (Editions JCL).

iv"

Red ige sous forme de jour- nal intime, Prodige noir met en scene un jeune pia-

l

l

l’RODIG

NOlR ,

l J . , l‘iléjinnzillninlgs

annees 1910 et 1920. C’est une perio- de mi I'emergence de l’esclavagis- me n’est pas encore completée, une epoque on se dessinent pourtant les prises de conscience d’une nouvelle identite.

Bien que son heros soit fictif, Francois (men n puise allegrement et intelligemment dans la réalité politi- que, culturelle et sociale du premier quart du ,XX‘ siecle pour lui batir une solide toile de fond.

4. Sans pardon, roman de Chrystine Brouillet (Editions de la courte échelle).

( lii\\iii'r: liirmillei

SANS PARDON

Pour écri— re ce polar, C h r y s t i n e Brouillet est partie du sentiment qu’elle eprouverait si quelqu'un qu’elle connaissait se faisait tuer par un recidiviste qui aurait du rester en prison. Sous le couvert d'une in- trigue savamment ticelée, Sans par- don pose une question on ne peut plus d’actualite: pourquoi est-il plus grave, dans notre societé, de nuire a l'Iitat qu’a une personne?

Car il taut bien reconnaitre que, avec notre systeme de liberation conditionnelle, les peines de fraude sont plus longues que les peines de \’l()l.

5. La Kcrmesse, roman de Daniel Ppliquin (Editions du Boréal).

L'action de ce roman se passe en grande par- tie 3 Ottawa, du début de

la Premiere Guerre mondiale jus- qu’a l’aube de la Seconde (iuerre mondiale.

Emporté par le put plaisiret délire d’e’crire, Daniel Po iquin crée un per- sonnage qui a l’art d’étre proprement insupportable dans le bonheur... et de se surpasser dans le malheur! Ce

rotagoniste-narrateur affirme que e folklore de son village lui a appris certaines choses, mais le reste a été inventé de toute piece puisque la mé~ moire est une faculte‘ qui exagere.

Tant mieux, car c’est la seu e facon de faire vrai.

6. Sorry, I Don’t Speak French, essai de Graham Fraser (McClelland & Stewart).

Ce livre ne arle pas de a constitution ou des luttes des minorités

“I‘NA—‘i'Ifl‘".

Mew. Maw...» ”Mum

de langue officielle.

Fraser examine plutot les pres- sions ui ont conduit 3 la création de la ommission ro ale d’enquéte sur le bilinguisme et e biculturalis- me, puis a l’adoption de la Loi sur les langues officielles. ll disseque l’im- pact des lpolitiques linguistiques sur Montréa et Ottawa.

1] analyse ce qui a change (ou non) dans notre systeme d’éducation. Un ouvrage qui pose un regard criti- que sur ce qu’on pourrait appeler «le nueud de la question canadienne».

7. La Nuit of: le Soleil est parti, conte de Mireille Desjarlais- He nneman (Editions du Vermillon).

amawwtemm

v

L'auteurenous livre un conte ou les planetes, les lu- nes et les étoiles de notre galaxie vi- vent des emotions tellement. .. astro- nomi ues que nous finissons par les regar er d’un point de vue person- nel, voire intimiste.

Apres avoir lu La unit or} Iv Soleil est parti, il devient presque im~ possible de regarder banalement une étoile. Un conte qui renfer- me un matériau digne d’un film d'animation.

ruusse,

roman de Marc Fisher (Editions Québec Amérique).

ls l i \i\il imi’ssi

A la fois roman d’amour et (11' riller, [a lemme rousse regorge de rebondisse— ments palpitants,

A travers une intrigue delicieu- sement complexe et avec une gale— rie de personnages aussi droles que touchants, Marc Fisher dresse une chronique saisissante des amours contemporaines. En prime, le lecteur a droit a une kyrielle de jeux de mots

savoureux.

9. Brokeback Mountain, nouvelle d’Annie Proulx (Editions Grasset).

. I b Visuelle, pres— que ph) sique, _‘l/}t"l\kl' l 'i-l ii ' i l'écriture d’An- ‘15 nie l’roulx nous interpelle, nous chavire. Elle fait vivre sous nos yeux la complicité totale et honnete entre deux etres, l'intense relation entre deux cow-boys, terriblement intense parce qu’interdite.

Un recit poignant qui decrit deux hommes profondement épris l'un de l’autre, mais surtout l'ombre jetee sur cette relation «par le sentiment que le temps leur e’chappait, le temps trop court, toujours trop court»,

10. La Plani’te en cvlére, album sous

la direction de Michel Langrognet (Sélection

du Reader’s Digest).

i A muffs» J 1‘

Voiciunouvra- ge qui recense pas moins de 550 catastrophes sur— venues depuis la prehistoire jusqu’a nos jours. Eruptions volcaniques, séismes, ouragans, avalanches, tsu- namis, incendies, invasions de sau- terelles, virus meurtriers, tout defi- le dans ce liv re qui renferme plus de 400 photos, cartes et illustrations en Couleurs.

0 De plus, vous pouvez verser une contribution d'au plus 1 100 S par année a I’ensemble des associations enregistrées, des candidats a ' l'investiture et des candidats de chaque parti enreqistré.

II V a des Iimites a ce qu'on peut donner.

. En tant que citoyen canadien ou résident . permanent du Canada, vous pouvez verser des contributions maximales dei 100 5 par année a chaque parti enreqistré.

Vous pouvez verser une contribution maximale de i 100 S a I'ensemble des candidats a la direction de chaque parti enreqistré.

Vous pouvez aussi verser une contribution maximale dei 100 S par élection a chaque candidat indépendant.

Les contributions en espéces de plus de 20 S sont

maintenant interdites.

Les personnes morales. les syndicats, les associations et les groupes ne peuvent plus désormais verser de contributions politiques.

"" ATS 1-800-361-8935 pour les personnes sourdes ou malentendantes

A compter du 1er janvier 2007, seuls les particuliers peuvent faire des contributions politiques fédérales.

Pour obtenir plus de renseiqnements sur ces changements importants et de nombreux autres a la Loi é/ectorale du Canada, rendez—vous au www.elections.ca et cliquez sur Ie lien Loi fédérale sur la responsabi/ité, ou composez Ie1-800-463-6868.

Elections fanada