Sllllfllll. do a no u novomlm 2007 . vrxnrss . 3

lo mémorie courte

Monsieur Valéry Vlad, président de la 15' edition du Salon du livre de Toronto, a déclaré dans son allo- cution d’ouverture prononcée le 25 octobre dernier: «Nous nous som- mes rendu compte a quel point il était difficile de construire un Sa- lon du livre a partir de rien.» (C'est nous qui soulignons.)

Ces propos sont repris au debut de l’article «Le Salon prend du galon» paru dans L’Express (30 octo re - 5 novembre 2007).

Nous aimerions rafraichir la mémoire de M. Vlad en rappelant quelques éléments du palmares des treize premieres editions du Salon (1993-2005):

Des centaines d’exposants repre— sentant des milliers de maisons d’édition du Canada francais et d’autres pays.

Des centaines d’auteurs, anima- teurs et artistes re utés de l’On- tario, du Quebec. 9 l’Acadie, des provinces de l’Ouest, ainsi ue de France, Suisse, Belgi ue, abon, Luxembourg, Haiti, A gérie, Italic, Tunisie, Roumanie, etc.

~ Des centaines d'écoles de l’Onta- rio francais.

Plus de mille activités littéraires, grand public et jeunesse.

De brillants lauréats des prix lit- téraires du Salon: Grand Prix (1993- 1998), Prix Christine—Dumitriu- Van-Saanen (depuis 1999), Prix du Consulat General de France (de 1995 a 2003).

Plus de cent mille visiteurs, jeu- nes et adultes.

Plus de mille bénévoles.

Des ventes de livres s’élevant a plusieurs millions de dollars.

L’appui annuel tres important des gouvernements: fédéral, provin- ciaux (Ontario et Québec) et Ville de Toronto.

Des partenariats avec Radio-Ca- nada, TFO et d’autres medias, avec VIA RAIL et de nombreux organis- mes communautaires francopho~ nes de Toronto et d’ailleurs.

L’appui financier de nombreuses institutions communautaires et pri- vées.

~ La publication de plusieurs ouvra- ges relatant d’importantes activités du Salon, en particulier Mondialisa- tion at Identité: textes commemora- tifs de la Grande Reunion des écri— vains francophones du Canada et d’autres pays, les actes de la table ronde Autour de Paul Savoie, etc.

0"!

Nous tenons également a souligner u’en 2006 ct 2007, les or anisateurs u Salon du livre de oronto ont

requ de l’administration preceden-

te les documents suivants:

- Les demandes de Subvention pour les trois paliers de gouvernement

pour les années 2004 et 2005.

Les bases completes de données des exposants: éditeurs, distribu- teurs et organismes communautai- res et privés.

Les noms et coordonnées des auteurs invite’s du Salon aux treize premieres editions.

Les bases de données scolaires, mises a jour par Nadia Moalic-Ga— hagnon, pour environ 800 écoles de l’Ontario (francophones et d’im— mersion).

Toutes les archives du Salon: rap— ports intérimaires, rapports an— nuels, dépliants et pro rammes jeu- nesse, rogrammes of 'ciels.

~ Les ivers documents du dossier des exposants: contrats, grilles des signatures, formulaires pour l‘achat de publicité dans le programme of- ficiel, modeles de lettres envoyées aux exposants, etc.

La brochure commemorative Le Salon du livre de Toronto et son Fes- tival des écrivains: dix ans de succés (1993-2002).

Comme tous les amis et militants de la francophonie, nous sommes heu- reux de voir que grace a la bonne volonté et aux efforts de nombreu- ses personnes (dont le nouveau di- recteur general, M. Jean Martin), 1e Salon du livre de Toronto va connai- tre un nouvel essor. Mais contrai- rement an ce que semble croire M. Vlad, il faut rappeler que le premier jour de cette manifestation essen- tielle de la vitalité du fait francais en Ontario n’a pas été le 25 octobre 2007, mais le 21 octobre 1993.

Alain Baudot, president du Salon du livre de Toronto de 1999 a 2005

- Christine Dumitriu van Saanen, fondatrice et directrice

générale du Salon du livre

de Toronto de 1992 a 2006

Pour un Registre official des promesses

Le rapport entre les promesses faites et les promesses effecti- vement respectées explique pro- bablement le cynisme et la rési- gnation des Canadiens a l’égard des politiciens et de leurs pro- messes.

Un niveau si élevé de cynisme et de resignation est malsain pour la démocratie.

Pour uoi ne pas créer un Re— istre ocfficiel des promesses ou es politiciens pourraient consi-

gner officiellement les promesses qu’ils ont vraiment l’intention de res ecter?

n commissaire inde’pendant assurerait le suivi des promeSSes pour determiner si les promesses sont tenues, en totalité, dans les délais prévus, en respectant les cofits prévus, etc., et présenterait un rapport chaque année.

Parce que certains facteurs ef- fectivement imprévisibles peu- vent intervenir et que des cir- constances peuvent légitimement évoluer, les politiciens pourraient modifier et méme révoquer leurs promesses a condition de justi-

‘er ces mesures. Le commissaire aurait le pouvoir d’enquéter et de se prononcer sur le bien-fonde de ces modifications.

Les électeurs prendront les promesses non enregistrées au re- gistre avec le grain de sel qu’elles méritent. Le registre serait sans doute plutot mince et le poste du commissaire indépendant pour- rait s’avérer un emploi a temps partiel.

Le niveau du discours poli- tique s’en trouverait sfirement amélioré!

-— Laurier Trahan

Complémenl d'informulion

Depuis la creation du Salon du Livre de Toronto en 1993,1e gouverne- ment du Québec décerne chaque année un prix littéraire visant a recon- naitre l’teuvre d’une auteure ou d’un auteur d’expression franqaise qui

rayonne en Ontario franqais.

Le Prix Christine—Dumitriu-Van-Saanen porte cette appellation depuis 1999, en hommage a sa fondatrice. La recompense est dotée d’une bour— se de 5 000 $ remise au lauréat ou a la lauréate par le Bureau du Québec a Toronto. Madame Andrée Christensen, qui s’est méritée 1e prix cette an- née pour son roman Depuis toujours, j’entendais la mer, fut déja recipien- daire en 1997 du Grand Prix du Salon du livre de Toronto pour un recueil de oésie intitulé Miroir de la sorciére - Livre II Sacra Privata.

soutien financier qu’accorde 1e ouvernement du Québec au Salon du livre de Toronto et a son Festival es écrivains est rendu possible gra- ce a son Programme d’appui a la francophonie canadienne. Le partenaiv re musical du Salon du livre de Toronto cette année, Francophonie en féte, a également bénéficié du programme d’appui financier du gouvernement

du Québec.

Vacanciers: méfiez-vous des supers rabais pré-saison.

vous lA @— les petits précoces

PIERRE Ltoil plean@lexpross.lo

-—.,,

C'est une histoire vraie. Mireille Desjarlais me contait, durant une accalmie du Salon du Livre de To- ronto, combien son petit neveu de 9 ans apprenait tout et savait tout, en particulier en astronomie.

Notre prodige a bien rendu service a Mireille quand elle était en train d'écrire son adorable petit livre‘ sur la vie tumultueuse et romantique des planetes. Mireille y méle la vérité et l’imagination mais fait des ateliers pour expliquer comment elle passe de la réalité a la fiction. Ce ne sont pas Daniel Soha et Claude Tatilon

qui feraient la méme chose! Moi non plus d’ailleurs. Le petit neveu de Mi- reille n’a pas été long a repérer, dans le manuscrit, deux grosses erreurs. La, j’ai un peu oublié, mais je crois que Platon avait perdu une planéte et qu’une autre n’en était plus une. II a done sauvé Mireille d’une catastro- phe planétaire.

Les enfants précoces ont tout

un florilege d’histoires que vous connaissez. Je vous en rappelle deux, juste pour mémoire. La premiere est celle des deux bambins, un frere et une soeur, disons de uatre ou cinq ans. Ils s’amusent a efzeuiller des ro- ses. Arrive la grand—mere, indignée, qui dit: - Est—ce que vous ne savez pas ue dans les roses blanches naissent es petites filles et dans les roses rouges es petits garcons .7

La petite fille (elles sont encore plus précoces actuellement ue les garcons) se penche vers son rére et

ui dit a l'oreille: - Qu'est-ce qu'on fait? On lui dit ou on

la laisse mourir idiote?

L’autre histoire (vraie?) que vous vous rappelez aussi, est celle de l’éco- lier, genre petit neveu de Mireille, (i1 dix ans peut—étre) qui, soudain, ne travaille plus en classe. Il est devenu réveur, regarde tout le temps sa mai- tresse, l’air absent. 1] répond de tra- vers. Un désastre. La maitresse, char- mante vieille demoiselle, fait venir son écolier:

- Qu’est-ce qui t’arrive? Tu ne tra- vailles plus, tu es toujours ailleurs maintenant. Dis-moi.

Lui baisse la téte, ne veut pas ré— pondre.

-Allez! Raconte moi ce qui ne va as.

11 rougit, bredouille, puis se an- ce :

- Mademoiselle, je suis amoureux.

Elle, un peu coquette, se doute bien de qui mais feint l’innocence et demande:

- Amoureux! Mais de qui? De qui donc? - De vous, Mademoiselle.

Elle rit beaucoup et dit :

- Ecoutel Je veux bien un mari! Mais pas un enfant!

Lui, rassurant:

- Ne vous inquiétez pas Mademoisel- le. On fera tout ce qu’il faut pour évi- ter ca!

'La Nuit 012 le Soleil est parti, Ottawa, Editions du Vermillon.

lES Hires“ ll y a 60 ans

Noissunre do Pol Pelletier,

temme cle théé‘ltre

PAUL-FRANCOIS “WEST“ pnulfronrois©sympaliro.ra

Née le 6 novembre 1947 a Ottawa, dans une famille polyglotte, Ni- cole (Pol) Pelletier commence a jouer au théatre des l’adolescen- ce. Elle fait sa maitrise en lettres frangaises a l’Université d’Ot- tawa et, a 22 ans, elle ioue déja en francais et en anglais a Ot- tawa, Stratford, Toronto, Qué- bec et Montréal.

En 1974, P0] Pelletier s’engage dans la recherche théatrale avec Jean-Pierre Ronfard et Robert Gravel. Le travail de ce trio mene a la fondation du Theatre experi- mental de Montréal (1975-1979).

En 1979, Pol Pelletier fonde le Théatre experimental des Fem- mes (1979-1985) avec Louise La~ prade et Nicole Lecavalier.

Elle y est tres active en tant qu’auteure, come’dienne, metteu- re en scene, animatrice et orga- nisatrice d’événements spéciaux.

Aprés son depart du Théé- tre experimental des Femmes et a la suite de nombreux voyages, Pol Pelletier fonde en 1988 le Dojo pour acteurs, lieu qui se donne aussi pour objectif de promou- voir le concept d’entrainement continu.

Comme dans les traditions les plus anciennes, Pol Pelle- tier veut tendre vers l'acteur to- tal, celui qui arle, chante, danse.

En 1992, e le écrit et interpre- te Ioie, aboutissement de vin t ans de travail, de réflexion et e

recherche. L’année suivante, elle fonde la Compagnie Pol Pelle- tier pour assurer la diffusion du spectacle, qui connait de nom- breuses versions et est joué dans des festivals et en tournée, no- tamment a Tunis et a Sao Pau- lo, ainsi que dans diverses vil- les de France et du Québec.

Trois ans plus tard, Pol Pel- letier écrit, interprete et met en scene Océmi, puis, en 1997, Or.

Avec lair, cette trilogie suscite un lgrand engouement aupres du pu-

lic et tient l’affiche cinq mois a Montreal durant la saison 1996— 1997. Oce'an part aussi en tournée en France, en Belgique et au Qué- bec.

En 1999, elle crée le spectacle solo Cérémonie d’Adieu, puis fon- de, au Dojo 3 Montreal, une trou- pe permanente et multiculturelle d'une dizaine d'actrices.

M./Mme

Rue

Telephone

Veullloz cochor:

{ i Visa/Master Card:

l . Cheque ou mandat

Abonnement au Canada: 60$/un an, 1

Utilisez ce coupon pour recevoir L’EXPRESS chez vous pour 120$ par numéro soit 40% du prix de 2$ en kiosque!

Apt.

Prov.

Courriel

Vivre en franoaia an Ontario, ea commence par un abonnement

N

a L'Expressl

PRIX EN KIOSOUE

Q’o.

msluscules s.v p,

7, .. , _. 7 7 , 7 , Exp: W1,” ODS/deux ans. A l’étranger: 150$lun an. lnclus TPS 7%. L‘EXPRESS est publlé tous les mardis, 50 semaines par année.

Prix pour 50 nnméros

AlOllllEMEllT ran rELEconEun: Ail/mam Wilt PM meme «014001107 nortnsnrur Pan LA Posts (mi: pal-min) taxman, 17 Av. curl-u. am. run-h. run 209

Ecrivez au Forum des lecteurs!

N’hésitez pas a nous faire part de vos opinions sur l’actualité, sur on article de L’Express ou sur tout autre sujet qui vous tient a coeur. Utilisez le courrier electronique:

' express@lexpress.to

Date limite: vendredi a midi, pour le journal de la semaine suivante.

Longueur maximale: 600 mots

L’ExPressne ubliera asd’écrits ‘haineux oupdiffamafioires. La , redaction se reserve 1e droit de gfaite une selection parmi les ‘textes requs, de les abréger et d'en retoucher la qualité gram- maticale et orthographique.

L’EXPfiss

L‘MEIM DE! FIAICOPNOIES W 6WD TORONTO

Le journal des francophones de Toronto depuis 1976!

Editour: Jean-Pierre Mazaré Minotaur on cllol: Yann Buxeda Journalism: Aline Nogues, Sandy Plas

Chronluueurs: Claude Bergeron (architecture). Magdaline Boutros, Julie Burelle. Dominique Denis (musioue , Gerald Fillion (économie),

Martin Francoeur (langue tranqaise), enoit Legault (voyages), Pierre Léon. Carole Nkoa, Gabriel Racle, Daniel Soha (gastronomie),

Frédérlc Sune. Paul-Francois Sylvestre (Iivres, histoire). Jacques Touré Aooncos: La Presse Canadienne (PC), Associated Press (AP), Sytia, Agence Science-Presse (ASP)

Publlcm: Aklilu Etaya (publicite@lexpress.to) Abonnomonts: Esther Vlad (evlad@lexpress.to) lmprlmorlo algorithm graphlquos: Contra Web 416-465-6665 illtour anoold: Francois Bergeron

Fondatour: Jean Mazaré

Fondé en 0376. L'Erpnsr est public not L'Expiess do Yornnto lac at so not un lournal indenendant do route altilialion politique communautaire ou commercials, Les opinions amiss: par les :lonatairos ties articles publies dans l'Erpnu at dins son site Internet n‘ongaoont quaint-memos Nos chroniqueurs 9! nos correspondanls ne sonl responsables que oas articles qu‘lls not stand: Les articles non stunts so voulent strictemant iintormatils at sont Ia responsabilite du rtu‘actour an chal Tous les droits do reproduction at d'utillsatron darticles et dilluslrations sont protege: at no peuvent Otto ohtonus qu‘avec lo conuntemont explicite amt de la direction Aucune rosponsabiiité n‘ast assumes onvors lo materlol rtdactlonnal non sollicitt Une enveloopelretour ailment allranchie dort accompagnor tout onvoi do material a retourner aprOs utilisation Toutes les lettres adresseas a L'Exprnr et/ou a so: redactaurs cont constitutes comma ttanl pour lin de publication dans le )ournal comma dans la site lntornot, I moins d‘lndications contralros Ocrltes L’Ennn c0010 2 5 en kiosque L abonnemonl A t’EunucomoBOSpour on an on 1005mm deuxansau Canada. 150$pour un ant I‘Otranoar, non rembomsable et mcluant la IPS Du larits speciaini s'applluuont aux Ibonnemonls do arouoe comma les etudiants Poul reseri er dc l'espace Dublicllllre dans Damn. vouilloz contact" In direction

17, avenue Carlaw, Toronto M4M 286 Canada Telephone: (416 465-2107 Tol‘coplour: (416) 465-3778 Courrlol: oxproufl exprou.to Site Internet: wwaex motto Accord canadlon do vent. par la ponto 0040028 44