VK‘; '4

- *-~Is#*

" . .2‘ p w, Y ,. S’. t‘ T.-

1"

i,-

COBIMITNIPATIUNS DIVERSE-q. 421

égouts. Ils devraient se vider dans une trappe grillée de faqon it laisser un espace vide entre le tuyau et le coupe air. Cela empeche le tuyau de répandre dans 1a maison le gaz des egouts.

Les citernes produisent invariablement de Phumidité; il n’est done pas bon de les etablir in. proximite de la partie de la maison qu’on habite; mais on devrait les disposer de faqon ce qu’il leur fut impossible de geler par une temperature ordinaire, car i1 est etabli qu’on ne peut se premunir contre le gaz des égouts qu’au moyen de l’eau qui remplit le coupe air, et i1 est des lors evident que le courant d’eau ne peut subir la moindre interruption sans devenir une source de dangers sérieux. Dans Pair libre, on ne peutpréserver de 1a gelée les conduites d’eau placé-es en terre, a moins de les poser in. une profondeur de vingt-quatre a quarante pouces au minimum.

"Lesplans de construction doivent nécessairement varier suivant les besoins des occupants; il faut donc se borner a rappeler quelques-uns des principes generaux que les architectes devraient observer. Les plus impor- tants de ces principes sont ceux qui se rapportent aux fenetres; en les dessinant, Parchitecte sacrifie trop souvent les principes de'l’l1ygiene a la beauté de la facade clu batiment.

Au point de vue sanitaire, les fenetres devraient s’é1ever autant que possible jusqu’a hauteur du plafond; plus la chambre est basse, plus i1 est nécessaire d’observer cette regle, afin de rafraichir Fair. I1 faudrait, en outre, pour plaire a Poeil, placer Pappui des fenetres aussi pres que pos-

p’ sible du plancher.

Il importe de proportionner 1a superficie des fenetres a la capacité cubique dc la chambre, en tenant compte jusqifa un certain point de Paspect architectural. .

En Angleterre, on ne peut obtenir une quantite suffisante "de lumiere sans donner aux fenetres une superficie d’au moins un pied carre par 33 ou 42 metres cubes, par rapport a la capacité de la piece. L’on devrait faire de ces chiffres le minimum de la proportion, en admettant que lee vitres‘ soient de verre transparent; mais i1 est indispensable d’intro- duire encore plus de jour, si1’on veut égayer la piece. La lumiere diminue selon 1a qualite du verre qu’on emploie. Voici, clu reste, 1e résultat (Pexpé- riences faites tout récemment a cet égard :

La glace anglaise d’une seule piece, polie, d’une épaisseur d’un quart de pouce, intercepte 13 p. c. de la lumiere.

La vitre en feuille, de 1a meme epaisseur, intercepte 22 p. c. de la lu- miere.

Le verre coulé, de la meme épaisseur, intercepte 3O p. c. de 1a lumiere.