_ cupees par un petit nombre de personnes. Quant aux pieces destinees a

450 , rmsnnhur; 5150110)‘. -- HYGIENE GENERALL‘.

provenir du plafond, soit par une corniche perforée, soit par un venti- lateur systeme-Sherringham. L’air froid s’introduirait et descendrait dans la chambre peu a peu pour remplacer Pair chauffe qui s’echappe du pave- ment. ,

Le foyer ouvert ou les appareils qui le remplacent, reliés aun bon sys- teme pour Pintroduction de l’air pur, donnent la ventilation et 1a chaleur _l- dans les maisons dont les pieces ne se commandent pas les unes les autres.

La ventilation et le chauffage d’une maison entiere peuvent etre obta- nus avec un seul foyer, par un plan systematique et general. Dans ce 0&8,- Pon doit etablir Puniformite de la temperature dans les chambres en appelant l’air au niveau du plancher et en introduisant Pair pur chanffé par le plafond; en un mot, il faut appliquer les conditions de ventilation decoulant de Pusage des- foyers ouverts. '

Au moyen d’un tel systeme, on obtient un bien plus grand degre dimi- formite qu’avec le foyer ouvert. Le volume d’air chasse et introduit peut etre regle de la fagon la plus precise, parce que son mouvement peut em lui-meme regle de fagon a etre uniforme, et non variable comme il arrive avec les foyers ouverts. _

Mais pour assurer l’uniformite, il faut proportionner avec soin la super- ficie des issues ct des tuyaux de cheminée a l’appel d’air qu’on desire obtenir et au volume d’air qu’on veut chasser. Il faut, en outre, disposer dans chaque piece un tuyau separe, et ces tuyaux doivent faire ausli peu de detours que possible, ne presenter que tres-peu de coudes, et ifofirix aucune difficulte quant a leur nettoyage.

Au point de vue de Péconomie, oette combinaison dhrrangsments est tres-plausilale en theorie, mais en Angleterre ou les variations de la tempé‘ rature sont si fréquentes et Phiver souvent si doux, on peut se demands? si un meilleur resultat ne peut etre obtenu encore en separant toutes les chambres les unes des autres pour les besoins du chauifage et de la Yen-v tilation. (Pest aussi ce qu’il y a de preferable au point de vue dc Phygiene. ‘l,

Les systemes que je viens d’enoncer sont applicables aux chambres oc-

recevoir beaucoup de monde et a etre eclairées au moyen d’une multitude de lampes, de bougies,“ etc., la grande quantité d’air a chasser pour lui conserver sa purete oifre de grandes difficultes.

Les chambres on se passe la vie ordinaire ne sont pas propres a recevoir un grand nombre de personnes. Les salles réservées a ce dernier usage devraient etre pourvues de moyens exceptionnels pour chasser et. renouvelev if Pair sur une bien plus grande echelle, en faisant penéter Pair par 1e play fond a une tenrperztturo assez moderee pour prevenir les courants trop forts