r51» Pnmnizm; sncnon. -—HYGIENE GENERALE.

égale a celle d’un regiment et dbccasionner, en outre, un grand nombre‘

de maladies. Il est moins facile (Fetablir des statistiques du meme genre a Pégard de lapopulation civile, mais les rapports des médecins démontrent que la si-

' tuation y est tout aussi grave. .

Ce mémoire ne contient aucune nouvelle théorie. Les regles de Phygiéne sont simples, mais leur application est souvent compliquée et se trouve tel- lement mélée a des questions d’architecture que leur adoption ne peut étre

assurée que si Parchitecte lui-méme en fait Pobjet de sa constante préoc- -

cupation.

Voici les conclusions a11xquelles je recommande au Congres de sassocier:

Le premier pas a faire vers le progrés hygiénique consisterait 5. bien pénétrer les propriétaires, les locataires et les constructeurs de maisons de la connaissance des lois de Phygiene.

Le plan de toute nouvelle maison ou de toute modification impor- tante a introduire clans une maison déja construite devrait étre soumis, pour les besoins de Phygiene, a Papprobation des autorités locales qui exigeraient les conditions suivantes :

a) Un emplacement sain, avec des écoulements faciles et a l’a.bri des inondations.

b) Les batiments situés sur le flanc d’une eolline devraient obtenir la. libre circulation de Pair par le nivellement du sol. Il faudrait que pPétage le plus bas des appartements habités se trouvat au-dessus du niveau du plateau.

c) ~— Le soubassement devrait étre séparé du sol par un revétement impermeable ou par un fossé de ventilation; les murs devraient._étre garantis de l’humidité par un terrassement horizontal en bas, et une toiture en haut.

d) —- L’épaisseur (les murs devrait étre réglée suivant les matériaux, mais étre toujours suifisante pour rendre les murs impénétrables a il’hu- midité et aux variations trop brusques de la temperature.

e) Dans les vii-les, Pair devrait circuler librement derriére toute mai- son, et a la rue depuis le niveau le plus bas du soubassement pour em- pécher les émanations des conduits de gaz ou des égouts de s’introduire a Pintérieur.

f) ~— Des drains devraient étre aménagés entre la maison et Pégout public; ces drains etant ventilés. Tout tuyau d’écoulement clevrait étre muni d’un coupe air a son extrémité inférieure et poussé jusqtfau- dessus du niveau du toit. Meme systeme pour les éviers. Les con- duits de citernes ne devraient avoir aucune communication directe avec

. -n.—~n|.;a_’€—iwn.n_—