r24 DEUXIEME SECTION. - SAUVETAGE-

renouvelant Pair des reservoirs, il serait possible de prolonger le sejour dans les gaz irrespirables : seulement, cela suppose un va-et-vient d'ou- vriers munis eux-memes de reservoirs, pour transporter les reservoirs vides jusqu’a la source d’air comprimé. Cette organisation parait peu pra- tique. Un laps de temps de 15 a 2O minutes peut deja suffire dans certaines circonstances pour porter du secours, mais il faut reconnaitre que, dans le principe meme de ces appareils, il y a deux conditions qui s’excluent: faire des reservoirs qui permettent d’emmagasiner un grand volume (Pair et en meme temps rendre ces reservoirs aussi légers que possible.

AéTOPhOFGS de M. Sohwann et de M. Schultz fondés sur la reiqeizeratim de Fair. —— Nous trouvons a l’Exposition Papplicaticn d’un principe tout different qui nous parait tres-digne d’etre étudié, au point de vue de la solution du probleme qui nous occupe, clans les appareils respiratoires de M. Sohwann et de M. E. Schultz. M. Sohwann, professeur a Puniversite de Liege, en eut Pidee, des que PAcadémie deBelgique eut pose la question du conoours de 1853; mais sa modestie, autant que le courant exclusivement scientifique de ses etudes, l’a empeche jusqu’ici de le faire connaitre.

Cet appareil est fonde sur la regeneration de Pair apres Pexpiration, par absorption de Pacide carbonique et addition dbxygene dans les propor- tions voulues. Uappareil n’est pas plus lourd que Paérophore portatif de Denayrouze; mais, a la grande difference de ce dernier, il permet a Phomme de respirer pendant deux heures, ce qui est suflisant pour ef- fectuer les sauvetages les plus difliciles. Le tout est d’arriver a temps. Ici se trouve probablement le cote faible du systeme de M. Schwann.P0ur s'en servir, i1 faut au prealable charger dbxygene comprime a 5 atmospheres deux cylindres de sept litres chacun. _

La regeneration de Pair a ete mise en pratique egalement par M. E. Schultz dksschaffenburg (Baviere). A la difference de M. Sohwann, M. Schultz produit loxygene a froid, au moyen du permanganate de potasse et de Pacide acetique, au fur et a mesure de la consommation. I1 remedie ainsi a Pinoonvénient signale dans Pappareil Sohwann, pour au- tant que l’appareil lui-meme puisse resister aux effets des reactions chi- miques. Ces appareils paraissent plus pariiculierement destines aux sauvetages a effectuer en cas d’incendie qu’aux sauvetages do mines,

Nous voudrions voir ces principes appliqués au moins a titre (Pessai aux aérophores de mines par les constructeurs qui ont le mieux étudié 19s diflicultes que présentent les sauvetages. Nous avons signale Pincompatibj- lite qui existe entre le volume et le poids des reservoirs d’air comprime, malgre l’emploi des toles d’acier qui permettent de faire aujourd’hui ce qui n’eut pas ete possible, il y a quelques années. Cette incompatibilité ne laise