l5‘ DEUXIEME SECTION. SAUVETAGE.

jours tres-imparfaits et qu’il est fort diflicile de les perfectionner sérieu- sement.

Les feux des signaux optiques, les sons et les-bruits des signaux acous- tiques manquent de puissance, en sorte qu’il est diflicile de les voir et do les entendre nettement a certaines distances. De plus, ils exigent do la. part des agents qui sont appelés a s'en servir une vigilance, une promp- titude d’action sur laquelle on ne peut compter d'une maniere absolue.

Aussi, sur certaines lignes a profil accidenté, et dont Pexploitation est particuliérement dangereuse, a-t-on jugé depuis longtemps la. nécessité de recourir dans Porganisation du mouvement des trains a des precautions supplémentaires qui permettent clans une certaine mesure de se passer des signaux a main. Tel est notamment le Block-systenz, qui consiste a. diviser la ligne en un certain nombre cle sections, sur chacune desquelles il ne peut jamais y avoir qu’un seul train. Ces sections ont le plus souvent été limitées par les gares ordinaircs.

Les appareils télégraphiques de ces gares servent alors, comme dans le cas des lignes a simple voie, a annoncer d’une extrémité de la section a Pantre que le train l’a franchie.

Dans certains cas, la circulation des trains était assurée dans les condi- tions indiquées, en leur imposant Fobligation d’étre toujours accompagnés par un pilote désigné pour chaque section.

Au point de vue de la diminution du nombre des collisions, qui est le seul qui doive nous préoccuper actuellement, il convient de s’attacher a faire disparaitre les signaux amovibles, ou tout an moins 2'1. en restreindre Pemploi au cas ou Pinobservation des indications qu’ils donnent no puisse amener un accident.

Pour arriver a ce résultat il faut, d’une part, les remplacer par des signaux fixes; d'autre part, disposer les voies accessoires des gares de manoeuvre dans des conditions telles que le nombre des obstacles créés ala circulation des véhicules soit réduit a un minimum. Les dispositifs de ces derniéres voies sont si compliqués, la circulation qui s’y produit si capricieuse, que Pétablissement des signaux fixes satisfaisant a toutes les nécessités du service en deviendrait a peu pres impossible. Il est a redouter également que des signaux trop multiplies n’amenent une cer- taine confusion.

Plusieurs systémes de signaux fixes ont été appliqués pour arriver 5. la suppression partielle ou totale des signaux a main. Les plus eflicaces sont en general ceux qui ont pour but de réaliser le Block-system décrit plus haut

Dans cet ordre d’idées Pappareil le plus parfait an point do vue do la