146 nnuxlnmn sncrron. _ gAUvETAGE_

B. -- Travail souterrain dans les puits ou galeries.

Dans les puits ou galeries,on peut dire que Pindustrie humaine a. vaincu i les diflicultes et que, si l’on voulait suivre chaque fois les indications do la. science de Pingénieur, aucun accident ne serait jamaisa déplorer.

Examinons en eifet en quoi consistent les regles a suivre dans les dif- férentes circonstances qui peuvent so presenter.

Comme les travaux du genie militaire dans 1a guerre de siege compor- tent Pétablissement de puits et de galeries de mine, et que les prescriptions pour ce genre de travaux, prescriptions sanctionnees par une experience de plusieurs siecles, sont développées dans les manuels de mineurs et sont ainsi devenues tout a fait réglementaires, commencons par exposer en deux mots en quoi consistent les dispositions des puits et galeries du génie mili- taire.

Un puits ordinaire (fig. 1.) se construit au moyen de cadres rectangu- laires composes de quatre pieces de bois de 0111,12 d’equarrissage, places horizontalement, chacun a environ un metre au-dessous du precedent, et maintenant les parois du puits au moyen d’un coflirage en planches verti- cales de 0"‘,02 a 0"‘,O3 (Tépaisseur, applique contre les terres en dehors du cadre. Le premier cadre (fig. 2.) est d’un équarrissage un peu plus fort, ct ses pieces se dépassentmutuellement de 0m,60, pour qu’il repose sur le sol ct ne tombe pas dans 1a fouille pendant Fenlevement des terres, d’un son nom de cadre a orcilles. De plus, les différents cadres sont rattachés les uns aux autres au moyen de tringles ou bouts de madriers placés vertica- lement. Par ce mode de construction, 1a fouille ne se poursuit jamais au dele. d’une profondeur d’un metre sans assurer un nouveau point d’appui au coffrage, attendu que, ainsi que nous venons de le dire, des qu’on se trouve a un metre sous 1e dernier cadre, on en place un nouveau au fond de Pexca- vation. Meme pendant la fouille de cet intervalle d’un metre, les parois du puits ont éte constamment maintenues sur toute leur hauteur, car on a eu soin de glisser deja les planches de coffrage de cet intervalle entre le dernier cadre et 1e dernier coffrage pose § les nouvelles planches de cof-

frage s’arcboutent contre les anciennes et n’ont absolument que leur extré- -

mite inférieure libre, et des que Pintervalle depuis le dernier cadre atteint la profondeur d’un metre, un nouveau cadre vient assurer le pied de ces planches de ooffrage et faire équilibre a 1a pression des terres de 1a paroi.

Te1leest,danstoute sa simplicité la méthode employée par les mineurs mili- taires pour creuserun puits. On voit qu’ilsne laissent aucune echappee par on 1a terre puisse faire invasion dans leur giteMais les précautionssont encore

In I