__56.._

de fer é Monlréal et que ceux-ci out refuse ?

L’h0n. M. FFYNN.—-Je ne connais pas ce qui se passe 51 Montreal, mais ce que je sais (fest que l’on m’assure que cette lettre pent etre au besoiu corroborée par plusieurs autres person- nes dignes (le foi.

M. POraLeuP, je lfai p113 cite Fopinion de M. Shehyn. Popinion de M. Mercier, et (‘ette lettre de M. Beemer, parce que je crois qu’il est nécessaire dhppuyer rmotre politique sur celle rle nos adversaires. Je pretends humblement que notre politique se justifie par GHB-Illéllle, qu’elle repose sur un principejusle el qu’elle est également avunbagexlse et. aux compagnies intéressées, et an public er £1 la province. Mais je trouve clans ces discourset ces opinions de nos adversaires une surabondance de té1noi~ gnages en notre faveur, et faime 2110s rappeler la mémoire de nos amis de la gauche, an cas oil ils seraient Lentés de les oublier et de con- damner aujourdhui ce qu’ils approuvaient hier. (Appls)

lfiobligation que nous contrnctons.

Ceux qui s’intéressent aux finances de la province se dernanderont sans doute quelle est la responsabilité que nous contractous par ce projet de reglement ? Nous avons pensé é cela, M. POrateur, et nous savons parfaitemenr. £1 quoi nous en tenir.

Supposons que nous soyons appelés $1 payer 17% centins de Pacre. (Gela n’est pas encore décidé, mais danstous les cas Le gouvernement