190 Le aoMANrxsnE nus cLassioues

Permettez-moi, pour plus de netteté, de résumer en une sorte de bilan, les défauts et les beautés de cette tragédie.

Les défauts sont:

Les récits substitués à Faction;

Les conversations de remplissage;

Les invraisemblances résultant des artifices imagines pour étendre le sujet; a

Le manque (Funité de ce sujet, composé de trois actions diverses et successives; à savoir: le com- bat des trois contre trois, avec ses péripéties; le meurtre de Camille; la mise en jugement du jeune llorace.

Les beautés sont:

Au deuxième acte, Padmirable dialogue de Gu- riace et d'Horace;

Au troisième, la grande péripétie causée par la nouvelle erronée de la défaite (Qu/il mourút);

Au quatrième, le récit de la lin du combat et de la victoire d'florace; puis les imprécations de Camille contre son frère qui a tué son fiancé;

Au cinquième, le beau plaidoyer du vieil Ho- race pour son fils;

Enfin et surtout, l'esprit d'héroïsme qui rem- plit la pièce et qui se communique des personna- ges aux spectateurs, et cette éloquence poétique qui est un des traits de physionomie de notre théâ- tre classique du xvu° siècle.