MALEBRANCHE. A65

présence continuelle , ne nous serait-elle pas visi- ble? Mais, dira Malebranche, nous n`avons pas l`idée claire de Fâme, parce que nous ne l`avons pas adéquate ou complète, témoin les doutes, les confusions et les disputes dont elle est le sujet; mais d°abord il n`y apas d`idées claires que celles qui sont complètes; Descartes lenseigne en plus d”un lieu, et, par exemple, avant Pythagore, on avait

l`idée claire du triangle, quoiqu°on n`en connût

pas toutes les propriétés, qui par lui ou depuis lui ont été découvertes. Ensuite, on ne peut rien allé- guer contre la clarté de l`idée de Fame, de ce que des erreurs et des doutes déraisonnables ont occupé les esprits de certains hommes. Et puis, il n°y a personne à. qui on ne fasse comprendre facilement ce que c'est qu`une modification de notre ame , par exemple, la sensation de la couleur, et comment elle n°en est pas une du corps; est-ce dailleurs une rai- son, de ce que nous ne connaissons que par senti- ment les modifications de Fame, que nous n°en ayons pas une idée claire! lllais on en appelle à cet égard à la conscience de tout le monde; et si elles nous sont obscurément connues, ce n°est pas quand nous les considérons en elles-mêmes, mais seulement dans leurs rapports avec les corps. Enfin Arnauld montre commentMalebranche aurait pu avoir une idée claire de Fâme; il n`aurait eu, dit-il, qu`a sôter de l°esprit diverses préventions très-mal fondées, comme, par exemple, qu`on ne connaît par idées claires que les choses dont on connaît les rapports; qu`on ne con- naît par idées claires que ce qu`on connaît simple- ment; qu°on ne connaît pas par idées claires ce qu`on connaît par sentiment intérieur; et, à ce sujet, n 30